C’est maintenant ou jamais. Il faut mettre de l’ordre au sein du board de la MASA pour une meilleure représentation des droits des artistes, membres de la société des droits d’auteur mauriciens. C’est le message des artistes et producteurs, réunis la semaine dernière pour solliciter une assemblée générale extraordinaire (AGE), le jour de l’élection partielle de la MASA prévue ce dimanche 2 octobre au collège St Mary’s.
Trois motions ont été lancées pour un vote à mains levées lors de cette AGE avant les élections. Une élection partielle qui pourrait être reportée, cette proposition faisant partie des demandes des artistes/producteurs. Et les bruits de couloirs au niveau de la MASA, et même du ministère des Arts et de la Culture, laissent comprendre qu’on va dans ce sens. “Il y a une volonté d’aller dans le bon sens et décanter la situation à la MASA. Les motions pourront être votées dimanche”, dit-on au niveau de la MASA.
Propositions.
Trois propositions ont été faites, au cours d’un point de presse tenu par quelques membres de la société, notamment Mario Armel, Paul Raya, Arno Calou, Jean-Claude Barbier… La première motion de ce collectif d’artistes est la “dissolution du board de la MASA” pour une élection générale au lieu des partielles. La deuxième est la “modification des statuts afin d’inclure cinq membres du secteur musical sur le board”. Et la dernière : “report des élections pour le 23 octobre 2011 pour élire les sept membres pour siéger sur le board.”
De l’ordre.
Ces propositions ont pour objectif de “mettre de l’ordre à la MASA”. Tout en instaurant un climat de confiance entre les membres, la MASA et le ministère des Arts et de la Culture. Le ministre Choonee a soutenu ces propositions, selon les dires d’Arno Calou. “Le ministre des Arts et de la Culture nous encourage à aller dans cette voie. Disant que le pouvoir est entre nos mains. À nous d’agir. C’est maintenant ou jamais.” Le collectif a aussi abordé la question des problèmes administratifs à la MASA, notamment sur “l’over staff de la MASA ainsi que sur la distribution des royalties”. Des points qui seront soulevés après la première étape des trois propositions. Première manche ce dimanche 2 octobre à 9 h 30 au collège St Mary’s, Rose-Hill.
__________________________________________________________________
Questions à Gérard Télot, président du conseil d’administration de la MASA
“Il faut une majorité pour adopter les propositions”
• Y a-t-il une possibilité de voir l’élection partielle de la MASA renvoyée?
Tout dépendra de si la proposition est adoptée par les membres présents à l’assemblée générale extraordinaire. Selon la section 9.2 des statuts de la MASA, un cinquième de la totalité des membres présents constitue le quorum pour tenir une assemblée.
 • La demande de modification des statuts, pour avoir cinq membres du secteur musical sur le board, est-elle possible?
La section 9.14 des statuts de la MASA stipule que les deux-tiers des votes de ceux présents sont requis pour modifier les statuts de la Société.
• Sous quelle(s) condition(s) la présente élection du 2 octobre peut-elle être renvoyée?
Si la majorité des membres présents votent pour le renvoi, les élections seront organisées à la date proposée. Encore une fois, il faut que la proposition soit adoptée par la majorité.
• L’on évoque aussi un “over staff” à la MASA, contrairement à la SACEM de l’île de La Réunion. Quelle est la réaction de la MASA ?
Il faut savoir que le siège de la SACEM à l’île de la Réunion est une branche régionale. Toute la structure repose sur la maison mère à Paris. Alors que la MASA couvre toutes les activités sur la gestion du droit d’auteur – négociation, perception, documentation, administration et répartition – exclusivement sur le territoire mauricien. De ce fait, il existe plusieurs structures internes à la MASA, ainsi qu’une branche régionale à Rodrigues avec deux personnes.