Il existe des modes d’emploi pour permettre à un iPhone de reconnaître un visage avec un masque

La prochaine version d’iOS va intégrer deux nouveautés liées à la crise du Covid-19. La première permettra aux iPhone d’être compatibles avec les applications de suivi de la population basées sur le système créé par Google et Apple. La seconde concernera le déverrouillage de l’appareil avec un visage portant un masque.

Actuellement en version bêta, la version 13.5 d’iOS apportera évidemment son lot de correctifs pour les iPhone et les iPad, mais aussi des nouveautés. Deux sont notamment très attendues puisqu’elles sont directement liées à la crise du coronavirus et l’épidémie de Covid-19. Ainsi, cette version du système d’exploitation intégrera l’API de « contact tracing » mise au point par Apple et Google. Les iPhone seront donc compatibles avec toutes les applications qui s’appuieront sur ce système.

L’autre nouveauté, ce sera la possibilité de déverrouiller plus facilement son iPhone lorsqu’on porte un masque. Même s’il existe quelques tutos pour apprendre à Face ID à enregistrer et détecter un visage qui porte un masque, Apple a donc décidé d’adapter son procédé biométrique à la situation actuelle où il sera recommandé à la population de porter un masque dans la rue, au travail, dans les transports en commun ou encore dans les commerces.

Concrètement, lorsqu’on placera l’iPhone devant son visage, Face ID ne cherchera pas à identifier une personne qui porte un masque, et à la place, il proposera simplement de déverrouiller l’appareil avec son code. Sur le plan sanitaire, c’est plutôt bien pensé puisque ça évitera que les personnes passent leur temps à enlever puis remettre leur masque. Et si la personne enlève son masque, par exemple à la maison, Face ID reprend alors son rôle habituel avec un déverrouillage sans code.

Attendue pour la mi-mai, la version définitive d’iOS 13.5 proposera aussi un changement dans Facetime avec la désactivation de l’effet de loupe lorsqu’une personne parle. Comme le télétravail et le confinement ont multiplié les visioconférences à plus de trois personnes, cet effet de loupe pouvait vite devenir gênant dans une discussion à plusieurs.