Le Club M a réalisé un match nul (0-0) pour sa première sortie sous l’ère Didier Six, hier au stade Anjalay à Belle Vue. Une rencontre disputée contre une sélection de joueurs étrangers évoluant au sein de la Barclays Mauritius Premier League et qui a vu Maurice se faire dominer en première partie avant de montrer un visage plus offensif en deuxième période.
En conférence de presse d’après-match, le nouveau technicien du Club M s’est voulu rassurant, malgré le résultat  ramené par son équipe. « Il y a toujours quelque chose de positif, même s’il y avait un manque de rigueur dans le petit jeu », lâchait Didier Six. Un constat partagé par Joe Tshupula, qui entraînait l’équipe d’expatriés. « Cela donne une bonne image de ce qui se fait à Maurice. On a vu un adversaire en progression et qui va encore progresser », a déclaré l’entraîneur.
Pour en revenir au match, les protégés de Didier Six ont débuté la rencontre en subissant les assauts répétés de l’équipe d’expatriés. Une première petite alerte, à la dixième minute, par l’entremise de Williano Séraphin. Mais seulement deux minutes plus tard, le Malgache Branly se signalait, avec un tir cependant trop haut.
Maurice réagissait dans la foulée par l’intermédiaire de Francis, qui forçait le Sud-Africain Christopher Titus à se déployer. La première mi-temps était marquée par les attaques incessantes des expatriés, qui sollicitaient coup sur coup Kevin Jean-Louis, le portier mauricien. À la 19e d’abord, sur un tir de Mosses Obonog qui frôlait le montant de Jean-Louis. Ensuite, le Malgache Perlin Randriamanalina adressait une passe à Obonog, qui voyait cependant le portier mauricien arrêter son tir.
Mais Maurice ne se décourageait pas pour autant. Même si les rouges subissaient les assauts constants de leur adversaire, ils se rappelaient aux bons souvenirs de la défense des expatriés, notamment, sur deux actions de Nick Curpanen (37e) et Jonathan Justine deux minutes après.
« J’ai reproché aux joueurs un manque de mobilité. Nous travaillons sur cet aspect et ça va venir. Ce n’est pas en trois jours qu’on apporte du renouveau », a encore déclaré Didier Six.
Il y eut quelques petits moments de frayeur, sans conséquence cependant pour la feuille de match. À la mi-temps, le score était toujours vierge. De retour des vestiaires, Maurice se montrait plus offensive, Didier Six ayant fait appel après la pause à Gurty Calambé et Menzy Coco pour animer un peu plus le secteur offensif. Coaching presque gagnant dans la mesure où Maurice se montrait plus entreprenante sur le front de l’attaque. Ashley Nazira, entré lui aussi après la pause, voyait sa frappe échouer à côté des buts de Titus (67e).
Malgré ce regain de vitalité en attaque, les Mauriciens étaient toujours sur le qui-vive face aux offensives de leurs adversaires. Et c’est l’autre Malgache Andry Lalaina qui envoyait un boulet des 30 mètres, mais son tir passait légèrement trop haut de la cage de Christopher Caserne, entré lui aussi à la mi-temps.
Calambé se signalait également en prenant de vitesse les défenseurs adverses. Mais il ne parviendra pas à ajuster sa frappe. Il y eut encore quelques tirs ici et là, sans toutefois constituer un réel danger pour l’un ou l’autre portier. Une dernière action, signée Hansley Nazira, ne changeait en rien l’issue du match.
Malgré le match nul, les deux entraîneurs s’accordent à dire que le niveau était conforme aux attentes. « Cette équipe d’expatriés était du niveau du Burundi ou du Togo. Et les joueurs ont compris que pour arriver à un niveau international, il faut se faire mal », soulignait encore Didier Six.
D’ailleurs, il réfute le terme d’équipe offensive ou défensive. « On a vu un groupe que nous avons voulu tester sur 40 m, plus mobile en deuxième mi-temps ». Cette première sortie a d’ailleurs permis à l’entraîneur de voir les défauts du groupe. « Ce sont des détails que nous allons corriger. Et quand on joue pour son pays, quand on veut aller vers un niveau international, il y a des rigueurs et des difficultés auxquelles se soumettre ».