Ce matin ont débuté au large de Poudre d’Or les grandes manoeuvres pour désenclaver le MV Angel 1, qui se retrouve drossé sur les récifs depuis treize semaines. Les deux remorqueurs venus du Sri Lanka, le Mahanuwara et le Coral Sea Flos, sont entrés en action pour faire reflotter le vraquier battant pavillon panaméen, qui a été délesté d’une partie de sa cargaison de 32 000 tonnes de riz pour la Côte d’Ivoire. D’importantes mesures de précaution accompagnent cette délicate opération en vue de ne pas endommager davantage la faune et la flore marines à cet endroit et pour la sécurité de ceux engagés dans les différentes étapes du désenclavement.
Le scénario optimiste fait que le MV Angel 1 pourrait être extirpé des récifs à 2,7 milles nautiques au large de Poudre d’Or dans les premières 24 heures. Par la suite, le cargo sera remorqué au large pour les premières réparations d’urgence. Par la suite, il faudra un délai de trois jours pour faire transférer le MV Angel 1 au large de la côte ouest pour les plus importants travaux de réparation en vue d’assurer le « seaworthiness » du bateau.
Depuis le week-end du 5 août quand le MV Angel 1 s’est retrouvé prisonnier des récifs à la suite d’une mauvaise manoeuvre par mauvais temps et d’une panne grave, d’importants moyens ont été déployés pour éviter initialement une marée noire avec la cargaison de fioul se trouvant à bord et ensuite pour dégager le bateau de ces récifs
Les dernières indications, recueillies de sources autorisées, confirment que les assureurs du MV Angel 1 courent le risque de se retrouver très bientôt en présence d’une note de réclamations très lourdes.. Les spécialistes des Salvage Operations soutiennent qu’au bas mot les dépenses encourues pour remettre à flots ce cargo pourraient être supérieures à Rs 300 millions.
Cette facture, le coût du transfert des équipements à bord des hélicoptères loués de la police de la terre ferme sur le pont du vraquier en détresse ou encore la présence des Tugs de la Mauritius Ports Authority (MPA), pèse également lourd dans la balance. Après le délestage du réservoir du MV Angel 1 de 889 mètres cubes de fioul mélangés avec de l’eau de mer, l’autre séquence d’envergure des opérations demeure le débarquement de la cargaison de riz se trouvant dans les cales du bateau.
Dans un premier temps, ils ont transféré 5 593 tonnes de riz non abîmé du MV Angel 1 sur le MV Thor Gitta. Ce stock de riz a été placé dans des « sheds » loués de la Cargo Handling Corporation (CHC) en attendant des décisions venant des propriétaires de la cargaison. Plus de 3 000 tonnes de riz abîmée ont été largués à une profondeur de 4 000 mètres à quelque 35 milles nautiques de la côte ouest. Toutes ces opérations se sont déroulées en prélude aux manoeuvres du jour.