La forte mobilisation policière dans le Sud, surtout à partir de la tombée de la nuit, sera maintenue au cours de ces deux prochaines semaines sur ordre du commissaire de police, Mario Nobin, qui a annulé tous les congés au sein de la force depuis. En parallèle au déploiement des éléments de la Special Mobile Force, de la Special Supporting Unit avec la collaboration des effectifs venant d’autres sections de la police, le Central CID, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, poursuit les enquêtes sous le délit gravissime de stirring up civil war contre des suspects participant à des actes de vandalisme et de profanation de lieux de prière et de culte. À ce matin, le nombre d’arrestations était de quinze, avec des objections fermes de la police contre des remises en liberté provisoire.
Deux nouvelles arrestations ont été effectuées ce matin suite à des dégâts causés à une moquée de la région de Rivière-des-Anguilles en représailles aux profanations du temple Amma Tookay de Camp-Diable dans la nuit de vendredi à samedi. Amar Ramnauth, 39 ans, et Deoraj Shawmy, 49 ans, les deux habitant Trois-Boutiques, sont accusés dans cette attaque contre un lieu de prière. Ils devront comparaître devant le tribunal de Savanne pour leur inculpation provisoire de stirring up civil war avant d’être reconduits en cellule policière.
D’autres arrestations sont à prévoir en sus de l’interrogatoire under warning aujourd’hui au QG du Central CID du policier Mohamed Yamez Khan Khedoo, affecté au poste de police de l’hôpital Jeetoo. Tout semble indiquer que le sacrilège des statuettes des divinités au temple Amma Tookay de Camp-Diable était prémédité. Outre le fait que les actes des deux suspects ont été enregistrés par des caméras de surveillance du temple vers 23h35, une patrouille policière avait relevé la présence de ces deux suspects dans les parages du temple un peu plus tôt.
Néanmoins, la véritable question est d’établir les motifs derrière la destruction de ces statuettes dans le temps et, plus important, qui est le commanditaire de cet acte susceptible de mettre en péril la paix et l’harmonie sociales dans le pays. Jusqu’ici, très peu d’informations ont transpiré de l’enquête confiée au Central CID. Hier, le suspect Mohammad Akbar Bootun, marchand ambulant de son état, a été entendu aux Casernes centrales. Il a également participé à une reconstitution sur les lieux du crime sous forte escorte policière. Le constable Khedoo, en détention à l’Alcatraz Detention Centre, devrait retourner sur les lieux au plus tôt cet après-midi pour un même exercice.