La décision de Maurice de participer au Sommet du Commonwealth au Sri Lanka en septembre sera prise sur la base du principe, a indiqué hier le Premier ministre Navin Ramgoolam lors de la cérémonie marquant le 60e anniversaire de l’Union tamoule. Le président de l’UT Vanessen Annavee et le leader de l’Opposition Alan Ganoo ont quant à eux réclamé le boycott du sommet par le pays.
Le Premier ministre, qui s’est appesanti sur ce dossier au MGI hier, a révélé avoir évoqué la question avec le Premier ministre du Canada Stephen Harper et celui de la Grande-Bretagne David Cameron lors des funérailles de lady Margaret Thatcher. Navin Ramgoolam a observé que Maurice, comme l’a affirmé le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell au parlement, adopte actuellement une position de « wait and see ». Les autorités sri-lankaises doivent suivre la feuille de route qui a été élaborée pour le pays, a-t-il soutenu. Il s’est de plus élevé contre le renvoi par le président du Sri Lanka du chef juge de la Cour suprême car celui-ci l’avait critiqué.
Le chef du gouvernement a rappelé les circonstances dans lesquels le sommet du Commonwealth n’avait pas été organisé au Sri Lanka en 2011 pour l’être en Australie. Navin Ramgoolam a expliqué comment il était intervenu personnellement auprès du Premier ministre de ce pays pour lui faire comprendre les raisons pour lesquelles il ne pouvait accueillir cette rencontre. Il a expliqué que la décision finale s’agissant du sommet de cette année sera prise sur la base du principe et non pour des raisons politiques.
Navin Ramgoolam est par ailleurs revenu sur la déportation de deux étudiants sri-lankais en 2003 par le Premier ministre d’alors malgré le fait qu’il devait prendre part aux examens de SC et de HSC. Il a soutenu qu’à son arrivée au pouvoir en 2005, il les a fait revenir ; ces deux ressortissants sri-lankais travaillent aujourd’hui à Maurice.
Le Premier ministre s’est aussi appesanti sur l’unité dans le pays. Il a exprimé ses reserves au sujet de la multiplication des centres culturels et a tiré la sonnette d’alarme contre le risque de balkanisation. Répondant à une remarque de Vanessen Annavee, Navin Ramgoolam a fait comprendre qu’il compte s’assurer que le président de l’Union tamoule (UT) puisse siéger sur le board de direction du Centre culturel tamoul.
De son côté, le leader de l’Opposition a mis l’accent sur la contribution des membres de la culture tamoule dans le développement du pays. Alan Ganoo s’est réjoui du travail abattu par les anciens pour préserver la culture tamoule. Il a aussi insisté sur l’unité du pays dans la diversité.
Sur un plan politique, Alan Ganoo a rappelé que le Premier ministre avait évoqué la publication d’un Livre blanc sur la réforme électorale en juillet. Il a souhaité que la spécificité des tamoules puisse être prise en compte. Concernant le Sri Lanka, il est d’avis que ce qui s’est passé dans ce pays est comparable à un génocide. Il a dénoncé la manière de faire du gouvernement de ce pays. Il a déclaré que le Premier ministre canadien avait demandé un boycott de cette conférence. De plus, la reine Elizabeth pourrait ne pas faire le déplacement à cette occasion. Il a ainsi lancé un appel pour le boycott de ce sommet par Maurice ou de prendre des mesures appropriées.
Ganessen Annavee a lui aussi rappelé le rôle historique de l’UT. Il a entre autres fait mention, sans donner de précisions, de certains problèmes au niveau de l’audiovisuel.
Plusieurs personnalités tamoules et jeunes lauréats ont aussi été décorés hier. Le Premier ministre a aussi remis un souvenir à Lutchamah Nagudu Kattien (99 ans), le plus vieux membres de l’UT.