Le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo a profité de la cérémonie de signature d’un accord financier entre la Chine et Maurice, vendredi, pour annoncer qu’une solution sur le dossier Jin Fei serait à l’horizon. L’ambassadeur de Chine Li Li a pour sa part insisté sur l’importance de la compréhension qui, a-t-il insisté, est « le fruit de la coopération concrète ».
L’accord sino-mauricien conclu hier porte sur un prêt de Rs 250 millions (50 millions Revimbis) et un don de Rs 250 millions (50 millions Revimbis). Selon le ministre des Finances, ce fonds de Rs 500 millions mis à la disposition de Maurice sera utilisé pour financer une série de projets touchant, entre autres, à l’amélioration de la fourniture d’eau.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a, à cette occasion, souligné les relations cordiales qui existent entre Maurice, d’une part, et la France, la Chine et l’Inde. Il a rappelé que la Chine avait accordé jusqu’ici un montant de Rs 36 milliards sous forme de prêt bonifié, de ligne de crédit ou de dons. Le ministre des Finances a aussi rappelé la volonté de Maurice de se positionner comme une plaque tournante entre l’Asie et l’Afrique, tant en ce qui concerne le transfert de technologie que le transfert de capitaux.
Évoquant les bonnes relations entretenues entre la Chine et Maurice, Vishnu Lutchmeenaraidoo a annoncé que, depuis deux semaines, des discussions ont eu lieu entre la Chine et Maurice sur des projets de coopération et sur l’avenir du projet Jin Fei. « Nous avons eu des pourparlers et des discussions cordiales qui permettent d’espérer que nous allons vers une solution concernant Jin Fei. Le secrétaire financier a présidé à plusieurs séances de travail et nous sommes confiants d’arriver prochainement à un accord dans l’intérêt national de Maurice et de la République populaire de Chine. » Interrogé par la presse, il a souligné qu’il n’y avait pas d’accord bilatéral entre les gouvernements mauricien et chinois concernant Jin Fei. Tout ce qui existe, c’est un accord entre le gouvernement mauricien et une compagnie privée chinoise.
Pour sa part, l’ambassadeur de Chine Li Li a déclaré avoir pris connaissance du programme gouvernemental lu par le Président de la République, Kailash Purryag. Selon lui, ce document offre beaucoup de marges de manoeuvre dans le domaine des infrastructures, des services financiers et du secteur tertiaire pour que la Chine accompagne Maurice dans son développement. Il a rappelé que les relations entre nos deux pays allaient plus loin que celles qui existent entre nos deux gouvernements et a rappelé que les entreprises chinoises participaient pleinement à de nombreux de projets à Maurice, citant à cet effet de la construction du Bagatelle Dam. « Les travailleurs chinois travaillent d’arrache-pied afin d’assurer la qualité du projet », a-t-il fait comprendre. Pour lui, le plus important dans les relations entre nos deux pays « est la compréhension mutuelle malgré le fait que nous avons une mentalité différente ».