De 47 en 2015, Maurice compte à ce jour 112 centenaires, dont 99 femmes et 13 hommes, incluant deux centenaires à Rodrigues, une femme et un homme. D’ici la fi n de l’année, nous compterons 63 autres centenaires, ce qui fera, pour 2016, un total de 175 personnes de 100 ans et plus à Maurice. Un record déjà atteint avec les 112 centenaires, explique-t-on au ministère de la Sécurité sociale, qui fait ressortir que « chaque année le nombre varie ». Dix ans de cela, le record était de 60 centenaires, mais aujourd’hui, Maurice connaît un « vieillissement des vieux », le nombre de centenaires variant de 50 à 100 généralement, avec notamment un peak pour 2016.
Rien que ce mois-ci, Maurice a fêté cinq centenaires et célébrera un 6e le 25 mai. Si la femme la plus âgée de Maurice a 110 ans, l’homme le plus âgé, un habitant de Flacq, a, lui, 107 ans. De même, à la fi n de juin et début octobre, nous aurons deux autres personnes âgées de 110 ans. Selon les données du ministère de la Sécurité sociale, les centenaires vivent principalement dans les villes et quelques-uns dans les villages. La plupart de ces centenaires sont des personnes, avec quelques soucis de santé certes, mais encore mobiles et éveillées.
Si la plupart des centenaires vivent au sein de leur famille, trois d’entre eux, toutes des dames, vivent dans des hospices. Mensuellement, la pension de vieillesse pour une personne âgée de 100 ans et plus étant passée, depuis janvier 2016, à Rs 20 250, c’est un budget de Rs 2 268 000 que le ministère de la Sécurité sociale débourse, excluant les allocations de prise en charge par un garde-malade, les allocations pour les couches, les allocations pour l’achat de médicaments, ainsi que les visites médicales à domicile, dont ont droit les centenaires.
Dans le cadre de leur anniversaire, les centenaires reçoivent le jour de l’événement, un chèque de Rs 21 200, un cadeau équivalent à Rs 5 000, une médaille et un certifi cat, un bouquet, un appareil de téléphone et un présent du Senior Citizen Council, ainsi Rs 10 000 du National Solidarity Fund. De même, chaque mois, les officiers du ministère de la Sécurité sociale, au nombre de 18 spécialisés dans le elderly care, effectuent des visites à domicile. L’objectif étant de vérifi er que nos doyens sont bien traités et jouissent des allocations que leur offre le gouvernement. « Les personnes âgées ont besoin de soins et attentions personnels constants. C’est pourquoi nous nous faisons un devoir de vérifi er que tout se passe bien chez eux », expliquent les offi ciers du ministère de la Sécurité sociale, ajoutant que leur métier est de dialoguer avec ces personnes pour veiller au moindre problème. Selon leurs observations, la longévité de vie de nos aînés résulte du fait qu’aujourd’hui, outre l’avancée des technologies médicales, les personnes âgées sont encadrées et ne pâtissent plus à la maison. « Il y a énormément d’activités organisées pour les personnes âgées. Ce qui fait qu’elles s’occupent l’esprit. Elles font même des exercices, des sorties Elles savent qu’elles sont toujours importantes et ont un rôle dans la population. Elles vivent dans un bien-être mérité », disent les officiers.
Qui plus est, aujourd’hui, il y a eu une prise de conscience que Maurice compte une population vieillissante et de plus en plus de professionnels s’engagent dans la gériatrie et la gérontologie. Les offi ciers de la Sécurité sociale ajoutent aussi avoir remarqué que les centenaires ont tous une véritable foi en Dieu. « C’est cela qui leur donne espoir, mais aussi l’encadrement de leur proche. Lorsqu’elles se sentent aimées, les personnes âgées sont heureuses »