Le chef commissaire de Rodrigues, Serge Clair, et le vice-président de la République, Barlen Vyapoory, invité d’honneur aux célébrations du 12 mars à Rodrigues, ont lancé un vibrant appel aux Rodriguais et Mauriciens de travailler main dans la main pour une République « plus prospère ». Le vice-président de la République soutient que le gouvernement central et les autorités locales travaillent en collaboration dans la solidarité pour le développement de Rodrigues. C’était lundi lors de la cérémonie protocolaire à Grande-Montagne.

Les Rodriguais étaient nombreux à venir assister à la cérémonie officielle du 12 mars. Le vice-président de la République a été accueilli par le chef commissaire et le commissaire des Arts et de la Culture, Rose de Lima Édouard. L’émotion se lisait sur le visage des Rodriguais au moment de la cérémonie de levée du drapeau. Dans son discours, Serge Clair a demandé aux Rodriguais de travailler ensemble afin de montrer que Rodrigues est une richesse dans la République de Maurice. Il a exhorté chaque Rodriguais à faire des efforts et à développer une culture de travail et d’entrepreneuriat. « Nou na pa gagn drwa res lebra krwaze ek atann », déclare-t-il. Il soutient que, depuis 2012, le gouvernement régional met de nombreuses facilités à la disposition des petits entrepreneurs afin de développer Rodrigues. Il déclare que beaucoup de “schemes” ont été élaborés dans différents secteurs.

Barlen Vyapoory, lui, a demandé à la population de Rodrigues de « consolider l’héritage légué par nos aînés grâce à leur dur labeur et leurs sacrifices pour le développement de la République ». Il devait expliquer que le gouvernement central et le gouvernement régional ont « les yeux tournés vers la même direction pour l’épanouissement de Rodrigues ». Il devait ensuite reconnaître que « la République est aujourd’hui fragilisée sur le plan social », citant les problèmes de la drogue, de l’alcool et des accidents de la route, entre autres. Le vice-président a aussi rappelé que « même si Rodrigues n’a pas voté pour l’indépendance, elle a emboîté le pas un an après ». Il a concédé que Rodrigues a accumulé un certain retard dans son développement.

Le public, qui s’était déplacé à Grande-Montagne pour la cérémonie protocolaire, a eu droit à une parade des membres des forces de l’ordre et un spectacle haut en couleur préparé par la commission des Arts et de la Culture, avec la participation de plus d’une centaine de jeunes et aussi des pionniers de la danse et la musique traditionnelle de Rodrigues. Le spectacle, très apprécié des dignitaires et de la foule, a mis en exergue l’aspect pluriculturel et traditionnel de Maurice et de Rodrigues avec pour thème « Rodrigues enn rises dan larepiblik ».Une dimension multiethnique a été présentée avec des danses de même que la musique traditionnelle, dont le séga tambour, faisant désormais partie du patrimoine culturel de l’humanité à l’UNESCO. Un concert, animé par une pléiade d’artistes et qui a pris fin aux petites heures du matin, a clôturé le rendez-vous du 12 mars à Grande-Montagne.