Lorsque Vita Rice se lance dans la riziculture à Maurice, en 2009, nombreux sont ceux qui sont intrigués. Pourtant, son produit, Mighty Rice, commercialisé à petite échelle localement, se fait déjà un nom à l’international. Exporté aux États-Unis, au Canada, bientôt à Singapour, et très probablement en France et en Angleterre, Mighty Rice est « l’un des riz les plus bas en indice glycémique au monde », soutient le Chief Operating Officer de Vita Rice, Mick Bartlett. « Un important marché existe pour le produit à l’étranger car les gens attachent beaucoup d’importance à leur santé et à leur qualité de vie ». Aux États-Unis par exemple, qui abritent un grand nombre de diabétiques, le produit est distribué à travers 194 points de vente, ce qui lui a valu un reportage spécial dans le New York Times le 19 octobre dernier.
Le riz est la deuxième céréale alimentaire la plus produite au monde. Cultivé sur 519 hectares de terres dans le sud de l’île, Mighty Rice est perçu comme un aliment de demain. Sans OGM, ce produit mauricien compte de plus parmi les riz les plus faibles en arsenic inorganique au monde, selon des tests entrepris par le Dartmouth Toxic Metals Research Program. Des recherches à l’Université de Sydney ont par ailleurs montré un niveau d’indice glycémique très bas, soit de 48. Après s’être établie en 2009, la compagnie s’est focalisée durant trois années sur des recherches et sur l’amélioration de ses infrastructures. « Les premiers essais commerciaux n’ont eu lieu qu’en 2012, avec la distribution au niveau local, sur une petite échelle, en 2013. Le nombre de points de vente de Mighty Rice à Maurice a aujourd’hui atteint le nombre de trente incluant Super U, Intermart, Monoprix, Jumbo et London Way », nous indique le Chief Operating Officer.
Sur le marché international toutefois, c’est une tout autre chose. Ce riz mauricien en est à sa deuxième année de distribution et s’est déjà fait un nom. « Le produit que propose Mighty Rice attire beaucoup les consommateurs à l’étranger car ils attachent beaucoup d’importance à leur santé et à leur qualité de vie », indique Mick Bartlett. Le plus difficile, concède-t-il, est d’informer les consommateurs des qualités uniques de Mighty Rice. « Il existe un marché important pour le produit à l’étranger et avec une plus grande exposition en termes de relations publiques et de la publicité, nous sommes confiants de pouvoir accroître davantage la pénétration du marché. » Mighty Rice est disponible dans 194 points de vente aux États-Unis et dans 32 points de vente au Canada, nombre qui devrait croître, affirme Mick Bartlett. Également disponible sur le site Internet Amazon, Mighty Rice sera bientôt distribué à Singapour alors que des négociations pour sa présence en France et en Angleterre seront bientôt conclues. « Nous prévoyons une exportation de 500 tonnes de riz en 2016 », ajoute le COO.
Maurice ne représente qu’une petite proportion du marché de Mighty Rice. « Toutefois, avec l’incidence du diabète et les problèmes de santé liés à l’arsenic que rencontre l’île, la demande locale devrait augmenter », estime notre interlocuteur. Hormis les 519 hectares de terres sur lesquelles est cultivé ce produit, 92 autres hectares y ont été consacrés cette année par les petits planteurs à Bel-Air Agriculture, Senneville et Saint-Aubin. Si pour l’heure la production est centrée dans le Sud, il existe toujours, dit Mick Bartlett, des possibilités de développer la riziculture à travers l’île.