Actuellement dans le Top 3 à Singapour, Nooresh Juglall s’est offert un mini break la semaine dernière, le temps de se ressourcer à Maurice en attendant un important week-end de compétition où se déroulera, entre autres, la plus grande course de groupe de la saison (dimanche) pour laquelle il sera associé à son cheval fétiche, Storm Troop. « J’ai fait l’impasse sur la journée de vendredi dernier (7 avril). J’ai voulu faire une coupure, venir me ressourcer à la maison familiale et me préparer au mieux pour un intense week-end (15-16 avril) de courses à Kranji, où j’ai des ambitions avec le coursier Storm Troop », nous rappelait vendredi dernier Nooresh Juglall, présent au training matinal au Champ de Mars.
L’association Storm Troop-Juglall aura été fructueuse puisque ce duo a signé pas moins de cinq victoires. « Je dois avouer que j’ai des ambitions dans la Lions City Cup, la plus importante course de groupe de la saison, dimanche prochain », concède le Mauricien, qui affiche 18 gagnants à son compteur en 2017. Une moisson qui aurait été meilleure s’il n’avait pas été victime d’une grave chute en février. « C’était dans un groupe 3. J’ai chuté sur Fortune Ball et je me suis blessé au nez et à la bouche. J’ai rechaussé les étriers plus vite que prévu, soit une semaine après ma convalescence. »
Juglall est troisième au hit-parade des jockeys, dominé par Vladimir Duric et Michael Rhodes (21 victoires chacun), alors que le quatrième, Manoel Nunes, compte 17 réussites. Le Mauricien est attaché à l’entraînement Ricardo Le Grange, un moment adjoint de Patrick Shaw, et quelques entraîneurs singapouriens. Licencié à Singapour depuis 2015, Juglall avait terminé cinquième à sa première saison (45 victoires), puis sixième l’an dernier (46 gagnants). Il s’est offert sept victoires de groupe à Kranji.
« La plus belle reste celle acquise dans la New Year Cup, dans une épreuve de groupe 3, avec Perfect P, qui compte lui-même trois victoires à son actif », avance encore le Mauricien, qui ambitionne de « terminer dans le Top 5 en décembre à la fin de cette présente saison. » À 25 ans, ce light-weight (49 kilos) comptabilise 460 victoires depuis qu’il a été formé à l’académie sud-africaine des jockeys (2009-2014).
Champion des apprentis en Afrique du Sud, il avait fait une « pige » de deux mois au Champ de Mars avant de décrocher un job à Singapour. Lui qui a été sollicité à Hong-Kong pour un court contrat de cinq journées en décembre dernier, sanctionné par « quelques places seulement », avoue-t-il, ne cache pas l’espoir de retourner un jour sur les hippodromes hongkongais, où réussit en ce moment un autre Mauricien, Karis Teetan.
Ce week-end, ce sera un des moments forts de la saison singapourienne, avec deux journées complètes de courses de haute facture. Vendredi sera consacré essentiellement à des épreuves réservées aux 2-ans et 3-ans, alors que dimanche fera place aux courses de groupes.