Le banquet d’État donné par le Premier ministre en l’honneur du président de la République du Gabon, à l’instar de la visite présidentielle, a été placé sous le signe de la fraternité, des échanges économiques et de la coopération. Ali Bongo Ondimba a profité de l’occasion pour annoncer la suppression des visas d’entrée pour les ressortissants mauriciens au Gabon, une mesure qui était déjà en vigueur pour les ressortissants gabonais à Maurice, et la nomination prochaine d’un ambassadeur auprès de Maurice. De son côté, le Premier ministre Navin Ramgoolam a insisté sur les liens plus que fraternels qui existent entre nos deux pays.
Le banquet donné à l’Hôtel du gouvernement était précédé d’un cocktail. Ce qui a permis au Premier ministre de présenter le président gabonais aux officiels gouvernementaux et aux dirigeants du secteurs privé, présents en grand nombre à la réception d’hier.
Dans son discours de circonstance, Navin Ramgoolam a affirmé que « nos deux pays partagent depuis de longues années des valeurs dont la reconnaissance de la lutte de nos aînés ainsi que leur contribution au développement de nos sociétés ».
« A l’instar de votre père, le président Omar Bongo Ondimba, dès l’accession de Maurice à l’indépendance, le père de la Nation Sir Seewoosagur Ramgoolam oeuvra à insuffler et préserver l’esprit d’unité nationale dans une île Maurice aux multiples cultures, religions et ethnies. Nos aînés partageaient les idéaux de cohésion nationale et de prospérité partagée. Aujourd’hui, c’est à nous qu’incombe la responsabilité de perpétuer ces valeurs. Certains peuvent penser qu’il s’agit de principes d’un autre temps. Je pense le contraire », a affirmé Navin Ramgoolam.
Le Premier ministre a exprimé sa foi dans les bonnes volontés sur notre continent, qui permettent d’avancer sur la bonne voie, pour le bien des pays et de la région.
Il a cité le cas du Mali où la situation est retournée à la normale après avoir surmonté les menaces à la souveraineté territoriale et pour la bonne tenue des élections présidentielles.
Le Premier ministre a également fait mention de la situation à Madagascar « qui est en passe de connaître une sortie de crise grâce aux efforts conjugués de la COI, la SADC, l’Union Africaine et la communauté internationale ». Il a aussi insisté sur la nécessité d’offrir toutes les conditions qui permettraient à la jeunesse de nos pays de s’exprimer, de s’épanouir en leur offrant une chance pour que le monde devienne meilleur. « C’est dans cette optique que la République de Maurice a ouvert ses portes à l’Afrique d’abord en abolissant les visas d’entrée pour les ressortissants africains arrivant à Maurice ; ensuite en ouvrant nos universités et nos centres de formation à la population estudiantine africaine. Nous avons mis 50 bourses universitaires à la disposition des pays d’Afrique », a poursuivi Navin Ramgoolam.
« Ma décision en ce sens se fonde sur la nature même de mon pays qui est le carrefour des cultures africaines, asiatiques et européennes. Cette ouverture va non seulement dans le sens de l’histoire, mais elle suit également la ligne directe des liens qui unissent les pays africains, dont Maurice et le Gabon ».