Une délégation indienne dirigée par secrétaire aux Affaires étrangères (économie) Pinak Ranjan Chakravarty est actuellement à Maurice dans le but de participer aux discussions indo-mauriciennes dans le cadre du Joint Working Group sur le traité de non double taxation entre nos deux pays.
La délégation indienne rencontrera le VPM et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, cet après-midi. Les discussions dureront jusqu’à demain.
La nouvelle session de travail du Joint Working Group fait suite à celle tenue à Delhi en avril dernier. Dans les milieux mauriciens, on s’attend à ce que les discussions débouchent sur une situation gagnant-gagnant. Lors d’une déclaration faite en septembre dernier, Xavier-Luc Duval avait soutenu que le traité de non double taxation a été bénéfique aussi bien pour Maurice que pour l’Inde.
Cette rencontre intervient après que l’OCDE a jugé Maurice « largely compliant » pour ce qui est de la mise en oeuvre pratique de la norme relative à l’échange de renseignements fiscaux établie par le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales, une instance de l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE). Le forum, qui a tenu sa sixième réunion à Djakarta, Indonésie, la semaine dernière, a publié de nouvelles notations de conformité pour 50 pays et juridictions. Maurice s’est retrouvée aux côtés de plusieurs économies développées dont l’Allemagne, les États-Unis, le Royaume Uni et des centres financiers tels Hong-Kong, Monaco et Singapour. Dans le premier groupe, les pays retenus sont, entre autres, l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, la Chine, la France, le Japon et la Nouvelle-Zélande. Le VPM et ministre des Finances a fait une déclaration dans ce sens au parlement hier.
Les autorités mauriciennes ont déjà fait comprendre Maurice est prête à corriger toutes les faiblesses du Traité de non double imposition afin de satisfaire les revendications indiennes.
Rappelons que quelque 38 % des investissements directs en Inde passent par Maurice