Le Joint Working Group Inde/Maurice se réunira à Port-Louis la semaine prochaine avec pour objectif de régler tous les problèmes encore en suspens dans le cadre du traité de non-double imposition entre Maurice et l’Inde. Les membres de la délégation indienne sont attendus dans l’île dès le 22 août et les sessions de travail se tiendront les 23 et 24 août prochains.
Cette réunion intervient à un moment où il y a en Inde une forte pression en vue de repousser l’entrée en vigueur des General Anti Avoidance Rules à 2018. La réunion du JWG est la deuxième du genre à être organisée depuis décembre dernier. L’Inde avait soumis à cette occasion plusieurs demandes à Maurice. Depuis, il y a eu la visite du ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell, alors que le ministre indien des Finances Pranab Mukherjee a été élu aux fonctions de président de la République.
L’Inde souhaite que toutes les mesures soient prises pour éviter le round tripping à partir de chez elle et insiste sur la nécessité de mettre plus de contenus dans les compagnies enregistrées à Maurice en vue d’investir dans la Grande Péninsule. Les autorités indiennes avaient menacé d’appliquer les GAAR. Depuis, les autorités indiennes ont mis de l’eau dans leur vin et les compagnies opérant à Maurice en vue d’investir en Inde n’auront pas besoin de passer par les GAAR.
Dans une déclaration à la presse cette semaine, le haut commissaire indien a souligné l’importance du DTAA pour nos deux pays et la nécessité de corriger les lacunes qui ont été observées par les autorités indiennes et mauriciennes.
Par ailleurs, des voix s’élèvent actuellement en Inde en vue de différer l’entrée en vigueur des GAAR de cinq ans, c’est-à-dire en 2018 au lieu de 2013 comme prévu.
Assocham, association d’industriels indiens, a lancé un appel en ce sens au gouvernement. « We should not give room to uncertainty and if we do not wish to honour the stipulations in the treaties entered with Mauritius and Singapore we should clearly come out of the policy », a déclaré Rajkumar Dhoot, président d’Assocham, cette semaine.
Rajkumar Dhoot a estimé que c’est le moment de restaurer la confiance faiblissante des industriels et d’encourager des investissements des entrepreneurs étrangers et indiens.
« Our plans to open up FDI in several sectors will face firewall if the present form and intent is not fully addressed for a clearer and positive intent », dit-il.
Par ailleurs, le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval participera au Indian Ocean Global Forum à Delhi en septembre prochain. Organisé par le Commonwealth Business Council (CBC) et la Confederation of Indian Industries (CII), c’est un forum majeur pour le dialogue entre la communauté des affaires et les autorités gouvernementales. Ce sera l’occasion de mettre en valeur les possibilités d’investissements dans les pays de la région de l’océan Indien et de mettre en exergue les tendances par rapport à l’énergie, aux minéraux et aux infrastructures.