Maurice fêtera le 47e anniversaire de son indépendance et le 23e anniversaire de la République jeudi prochain. A cette occasion, mettons donc à l’honneur notre kostim nasyonal : la robe de séga. Partie intégrante de notre patrimoine elle est très agréable à porter. Examinons la depi anba ziska lao, depi dan gos zika dan drwat !
Rouz, ble, zonn, ver (bis)… Ce sont généralement ces couleurs que nous retrouvons sur les robes de séga. La tenue est constituée d’une jupe et d’un petit top avec des imprimés floraux. Elles sont souvent utilisées lors des spectacles, et nous sommes très nombreuses à en acheter pour notre plaisir personnel.
Pour comprendre comment sont fabriqués ces vêtements, Marise, couturière dans la région du sud et gérante d’une petite boutique de vêtement, nous explique : « Chaque année pour l’indépendance j’ai énormément de demandes pour des robes de séga. Certaines femmes les veulent complètement revisitées avec d’autres tissus comme le voile, le tulle… Et d’autres veulent des robes plus traditionnelles. Mais la demande la plus populaire reste la belle jupe avec son top à fleurs? ! Beaucoup d’étrangers repartent avec cette tenue. »
Elle nous parle ensuite de sa fabrication : « Beaucoup de tissu est nécessaire, car il faut faire une découpe en biais. Donc, comptez à peu près deux mètres de tissu au coloris de votre choix. Lorsque la jupe est coupée, il suffit de coudre et de faire la ceinture avec un élastique. Puis, il ne reste plus qu’à coudre dans le bas de la jupe un ruban de dix centimètres de la couleur des fleurs. Une fois cette étape terminée, vous pouvez commencer votre haut ».
La couturière nous confie que « le top qui va avec la jupe est inspiré de plusieurs cultures. Parfois, il est cousu comme le haut d’une robe chinoise ou parfois comme les cholis des saris. Pour le haut il vous suffit de prendre le même tissu et de vous laisser inspirer par le style que vous voulez pour votre costume mauricien. »
Notre couturière du Sud nous explique ensuite les différentes robes de séga traditionnel que nous avons à Maurice : « La robe de séga a toujours un lien avec l’histoire de Maurice. La robe de séga d’antan était inspirée des tenues africaines. Elle n’était pas colorée et était composée d’une jupe, d’un top et d’un foulard sur la tête. Puis avant l’abolition de l’esclavage, les tenues de séga se sont colorées. Elles sont devenues longues et très amples. J’ai confectionné beaucoup de ces tenues pour les artistes mauriciens, pour des spectacles, entre autres. Aujourd’hui elle change encore, la jupe est faite de nouvelles matières, les imprimés sont autres que des fleurs, et la jupe est courte devant et longue derrière », poursuit Marise.
« J’ai souvent des femmes qui viennent vers moi avec des idées de tenues à fleurs pour des spectacles de séga… Mais avec le temps et à force de la faire souvent c’est devenu une mode? ! Les femmes achetaient ces tenues pour la vie de tous les jours », conclut Marise.
Petit conseil accessoire : tentez une belle fleur dans vos cheveux ou un chapeau de paille. Pensez aussi à un joli maquillage avec les couleurs de notre drapeau. Pour cela, utilisez un peu de rouge pour vos lèvres puis faite un eyes-shadow bleu, jaune et vert.