Des familles mauriciennes dont les proches sont bloqués à Madagascar se disent à bout. Il y a, selon le ministère des Affaires étrangères que nous avons contacté hier, quelque 100 ressortissants mauriciens qui attendent d’être rapatriés au pays.

Entre-temps dans les foyers, l’angoisse et l’incompréhension se mêlent à un sentiment de colère. « C’est une situation extrêmement angoissante pour notre famille. Mon père n’est plus tout jeune. Nous sommes dans le flou total sur ce qu’il lui adviendra. Il a quatre enfants dont un autrement capable », lance désespérée la fille d’un Mauricien de 61 ans.

« Nous écoutons tous les jours sans faute les conférences de presse du gouvernement et il n’y a jamais un mot sur les Mauriciens bloqués à Madagascar. On ne peut pas nous laisser dans le flou dans une telle situation. Nous nous sentons complètement impuissants face au silence du gouvernement à ce sujet », ajoute-t-elle.

Son père s’est rendu dans la Grande Île avec un de ses collègues pour des raisons professionnelles. Les deux hommes sont en confinement dans un hôtel.

Presqu’au bord de la crise des nerfs, une jeune femme dont l’époux est parti en visite éclair à Madagascar le 17 mars pour rentrer le 19 ne sait plus à quel saint se vouer. « Mes enfants qui sont en bas âge et moi avons besoin de lui. S’il m’arrive quelque chose, qui s’occupera d’eux? Nous n’avons plus rien à manger. C’est illégal de laisser tomber ses citoyens », dit-elle.

À Tananarive, où il est en confinement dans sa chambre d’hôtel, un autre Mauricien nous confie que le bureau d’Air Mauritius ne l’a pas averti sur le report du vol de 17h programmé le 19 mars pour Maurice.

Selon cet homme, qui connaît très bien Madagascar, les Mauriciens qu’il a croisés à l’ambassade de Maurice dans la capitale sont restés sans informations précises. « Certains ont dû emprunter de l’argent pour subsister pendant quelques jours », explique-t-il.

De plus, depuis que la Grande Île a adopté le confinement, la tension serait montée d’un cran dans les rues de la capitale. Les étrangers sont devenus des proies encore plus faciles pour des voleurs.

Aux Affaires étrangères, on nous affirme que Maurice attend les autorisations sanitaires de Madagascar pour procéder au rapatriement de ses ressortissants.