La campagne initiée dans la presse en Grande-Bretagne contre la déportation de l’étudiante mauricienne Yashika Bageerathi, 19 ans, n’a pas donné les résultats escomptés. Hier soir, la presse britannique, principalement le quotidien The Guardian, annonçait que le Home Office de Londres a été encore plus drastique. Non seulement la jeune étudiante est expulsée de la Grande-Bretagne mais également des membres de sa famille, dont sa mère, alors que leur cas semblait être régularisé jusque-là.
L’expulsion du territoire britannique n’a cependant pu être mise à exécution hier soir suite à des problèmes avec le transporteur aérien, la British Airways. La presse britannique avance que la compagnie aérienne a refusé d’embarquer cette étudiante mauricienne, qui vient de terminer ses études secondaires et qui attendait de se faire admettre dans une université britannique.
En parallèle, le Home Office a transmis hier soir une lettre à la mère de Yashika Bageerathi lui disant que sa demande d’asile et celle de ses deux autres enfants ont été rejetées. Ils se retrouvent également sous la menace d’une expulsion de la Grande-Bretagne. Ce développement a jeté la consternation dans l’entourage de cette famille aussi bien que parmi ceux qui ont manifesté en faveur de l’étudiante mauricienne.
Ainsi, la Headmistress du collège fréquenté par Yashika Bageerathi, Lynne Dawes, qui était allée jusqu’à payer la caution pour que la jeune fille soit libérée du Detention Centre pour immigrants illégaux, n’a pas mâché ses mots. « I’m not proud of my country treating people in this way. Her mother is not coping, she’s really struggling and is very tearful », a-t-elle déclaré au Guardian dans son édition du jour.
La campagne contre la déportation de l’étudiante mauricienne a pris une véritable ampleur avec pas moins de 100 000 signatures à une pétition adressée au Home Office de même qu’une marche symbolique à Londres durant le week-end. Le Shadow Immigration Minister et député britannique David Hanson a également manifesté sa solidarité avec la famille Bageerathi.
Cette famille avait fui Maurice en 2011 suite à des menaces de mort liées à une affaire de trafic de drogue. Ses membres affirment craindre pour leur vie en retournant à Maurice. L’expulsion de la famille Bageerathi sur ordre du Home Office a également été mentionnée dans l’édition du Times of India du jour.