En 40 ans, les populations mondiales de mammifères, poissons, amphibiens et reptiles ont chuté de moitié. Ce désolant constat du Living Planet Report 2014 du World Wildlife Fund pour les années 1970-2010 (voir notre édition du 11 octobre dernier) est l’occasion d’un survol de la situation des vertébrés et de l’habitat faunique sur le plan local. Le Dr Vikash Tatayah, Conservation Director à la Mauritian Wildlife Foundation (MWF), est d’avis qu’un gros travail de conservation a été accompli à Maurice et Rodrigues durant ces quatre dernières décennies, ce qui a valu au pays de se classer parmi ceux considérés comme étant en bonne voie de progrès. Toutefois, tempère-t-il, cet acquis demeure très fragile : beaucoup reste encore à accomplir et ne saurait se faire sans une vision globale en amont de la part de nos décideurs et gérants d’espaces naturels.