En marge de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance, le comité organisateur propose dès la première semaine d’octobre une Mauritius Cinema Week sous le thème East meets West. Il s’agit pour le président de ce comité Nando Bodha de joindre l’utile à l’agréable en permettant non seulement aux Mauriciens d’apprécier une série de films européens et asiatiques pendant une semaine et de rencontrer une série d’acteurs et réalisateurs étrangers, mais également de projeter Maurice comme un pays d’accueil pour l’industrie cinématographique.
Pas moins de 22 films européens et asiatiques seront projetés pendant une semaine alors qu’une vingtaine de personnalités du monde cinématographique ont été invitées à Maurice pour découvrir le potentiel mauricien pour le développement d’une industrie cinématographique. « Ce sera l’occasion non seulement de parler cinéma pendant toute la première semaine d’octobre, mais également l’occasion de vivre, de rêver et de rencontrer les gens célèbres qui ont beaucoup de talents à montrer tout en montrant que Maurice est un pays d’accueil aussi bien pour le tourisme mais également pour la production cinématographique », a dit Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques.
« L’idée au départ était de projeter quelques films autour du thème de la liberté dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance. Par la suite on s’est demandé pourquoi ne pas faire venir quelques personnalités du monde cinématographique », a expliqué le ministre.
Nando Bodha souligne que la production d’un film implique des millions de dollars et Maurice peut être un marché niche, d’autant que le pays est le symbole de la rencontre entre l’Est et l’Ouest. « Maurice est des rares pays où on parle hindi, français, anglais et mandarin. C’est un pays qui permet à un réalisateur de créer une ambiance, une atmosphère africaine, française, européenne, chinoise, indienne, créole ». La mise en place du Rebate Scheme pour l’industrie cinématographique, dit-il, a permis de donner un nouvel élan à cette industrie dont le couronnement a été le tournage du film Serenity récemment.
Pour le ministre des Affaires étrangères, Anil Gayan, ce festival sera une occasion importante pour la visibilité de Maurice comme une destination touristique. Il a cité le cas d’un film chinois tourné à Maurice qui a permis aux Chinois de découvrir le pays comme une destination touristique. « C’est une publicité naturelle », a-t-il observé. De plus, les métiers de l’industrie cinématographique peuvent être une source de création d’emplois pour de nombreux jeunes Mauriciens surtout avec la digitalisation et la numérisation de la production cinématographique. Pour lui, cette semaine sera le début d’une grande aventure dans le domaine cinématographique.
Le ministre de la Culture, Pradeep Roopun s’est appesanti sur l’ouverture qu’offre l’industrie cinématographique pour la visibilité des paysages mauriciens et surtout des patrimoines tangibles et intangibles de Maurice.
Le directeur du BOI, Ken Poonoosamy, a révélé que grâce au Rebate Scheme, 83 films ont été tournés entièrement ou partiellement à Maurice. Les producteurs ont dépensé quelque Rs 1,5 milliard à Maurice et cela a permis de créer quelque 600 emplois directs. Quinze autres demandes de tournage dont une partie d’un film de James Bond sont actuellement à l’étude.
Le festival sera lancé officiellement le 5 octobre au Château de Labourdonnais et la cérémonie de clôture est prévue le 7 octobre dans les ruines historiques de Balaclava.