Rani Mukherji et Emmanuelle Béart ont été récompensées pour leur Outstanding contribution to cinema lors d’une cérémonie de récompense samedi dernier au Trianon Convention Centre. Les deux vedettes ont reçu leur prix des mains du Premier ministre, Pravind Jugnauth. Cela, dans le cadre de l’organisation de la première édition de la Mauritius Cinema Week placée sous le thème “East Meet West”. Cette cérémonie, que certains ont trouvé trop simple, a vu la participation des grosses pointures du cinéma, dont Sanjay Khan l’interprète de Chandi Sona, premier film tourné à Maurice, Romesh Sharma, réalisateur de Hum, SS Rajamouli, le metteur en scène de Baahubali, Rakeysh Omprakash Mehra, auteur du super-succès Rang De Basanti,Justin Chadwick, Anna Asante, Donna Molavi, Guy Hibbert.
Emmanuelle Béart, qui a séjourné à Maurice à plusieurs reprises, s’est souvenue de sa première visite à Maurice : “Je suis arrivée ici, j’avais 22 ans. C’était mon premier salaire. C’était pour aller à Maurice. J’ai eu un coup de foudre, pas seulement pour les cocotiers, le sable et les plages, mais pour l’humanité que dégagent les gens, par l’incroyable union des peuples, des religions et des différentes ethnies…” Concernant sa participation au festival de films, elle déclare : “Je suis fière d’être une des marraines de ce festival. Bien sûr, c’est formidable que des films soient tournés à Maurice. Mais mon plus grand souhait, c’est que l’année prochaine, on me dise que le festival existe toujours, qu’il est pérenne, que vous allez continuer”.
Rani Mukherji a affirmée, elle, que “c’est un grand honneur que de recevoir cette récompense, de Maurice, des Mauriciens. Et c’est seulement grâce à l’amour et l’affection que vous m’avez donnés durant les vingt dernières années que je suis ici aujourd’hui. Croyez-moi, je n’aurais pas été ici si ce n’était pour les efforts des réalisateurs, des écrivains, des producteurs qui ont travaillé dur pour réaliser des films avec moi”.
La cérémonie de clôture a eu lieu dimanche à l’hôtel Maritim à Balaclava en présence du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha et président du comité organisateur, d’Emmanuelle Béart, de Kabir Bedi, de Vivek Oberoi, Romesh Sharma, entres autres. Nando Bodha a souhaité que le festival soit un événement annuel :”On a semé les germes et on souhaite, comme l’a si bien dit Emmanuelle Béart, que ce festival soit pérenne. Toutes les cultures du monde se retrouvent à l’île Maurice et les talents et les thèmes ne manquent pas, à l’instar de l’histoire tragique de Paul et Virginie et les déracinés des Chagos.”
Les projections de 24 films ont de plus attiré la grande foule et les master class organisées ont permis une interaction entre cinéastes locaux et étrangers. Nando Bodha souhaite la formation des ‘script writers’ et fera un appel au Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, pour créer la formule de seed money pour encourager les auteurs et écrivains locaux à se lancer dans l’écriture cinématographique.
Nanda Narrainen, le responsable du dossier cinéma au Board of Investment, a déclaré qu’un traité de coproduction pourrait être signé entre les acteurs de l’Inde, du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et de la France.
Kabir Bedi a, dans un entretien accordé à Week-End, déclaré que le cinéma indien a encore de beaux jours devant lui et les acteurs sont des professionnels qui veulent toujours se surpasser. Vivek Oberoi, qui a fait un tabac dans Company et Krissh a visiblement séduit les jeunes filles qui ne se sont pas fait prier pour se laisser prendre en photos avec lui.