Le Mauritius Duty Free Paradise dépend toujours de l’AML et non d’Atoll. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre Navin Ramgoolam hier en réponse à une interpellation du leader de l’Opposition Paul Bérenger.
C’est le député du MMM, Raffick Sorefan, qui a posé une question au PM, demandant si un appel d’offres a été lancé au regard des services de sécurité au Mauritius Duty Free Paradise Ltd ; les noms des sous-missionnaires ; le nom de celui qui a été retenu et la date de l’octroi du contrat.
Le PM devait toutefois  répondre que comme la compagnie est régie par la Companies Act, elle a ses propres « procurement procedures » et qu’il serait inapproprié de donner des détails à ce sujet car cela tombe sous la responsabilité du senior management et du board des directeurs.
Raffick Sorefan devait alors lui demander si la Private Security Service Act est respectée à la lettre. Le PM a répondu qu’il devait s’en enquérir.