Le Mauritius Labour Congress (MLC), à travers son président Haniff Peerun, a mis l’accent sur le recrutement dans les secteurs privé et public qui, dit-il, soulève des vagues de protestations. « Il faut arrêter de favoriser des activistes et des agents politiques dans le secteur para-étatique. L’Alliance Lepep avait promis de la transparence, mais c’est le contraire qui est pratiqué, et ce au détriment des gradués, qui après des années de sacrifices et d’études, sont au chômage. »
Face au recrutement de nominés politiques, le président du MLC, Haniff Peerun, estime qu’il « est temps de réagir ». Pour cela, il est d’avis qu’il faut « arrêter d’avoir recours à des agences privées de recrutement » et surtout « de prendre dans les salaires payés par les contribuables », car « cette attitude est immorale et va à l’encontre de la bonne gouvernance ». D’après le MLC, « les postes vacants doivent être publiés dans les journaux ». De même, il importe, selon lui, « de procéder à une sélection de personnes compétentes ». Et de poursuivre : « De là, une liste de recrues doit être rédigée et transmise au board de la direction. Kan board konpani piblik fer seleksyon, pena transparans ».
Dès lors, le MLC propose que « tous les recrutements des compagnies privées passent obligatoirement par la presse ». Et d’ajouter : « Un staff permanent doit également être mis en place tout au long de l’année pour éviter les scandales lors des recrutements. Aussi, il faut instituer une Parastatal Bodies Service Commission, qui sera responsable de tous les recrutements. » Dans la même foulée, Haniff Peerun est d’avis que les annonces de recrutement ne doivent plus passer par internet car « il s’agit d’une ruse, vu que des candidats potentiels n’ont pas accès à ces pages Web ». Raison pour laquelle le MLC demande que « les appels d’offres soient mis dans tous les journaux » et que « toutes les informations y soient reliées en bonne et due forme ».
Commentant la situation politique, Haniff Peerun souhaite qu’il y ait « une cohésion au sein du gouvernement ». Il souligne : « Malgré les effritements, si L’Alliance Lepep vient avec une mesure corrective pour prôner l’égalité des chances et la transparence, chaque travailleur sortira gagnant ». Au sujet du rapport du PRB, Haniff Peerun soutient que le MLC a écrit au directeur de cette instance et lui a soumis quelques points « qui méritent d’être revus ». Pour ce qui est du salaire minimal, Haniff Peerun avance avoir eu « une rencontre avec les membres de la Banque mondiale au Médine Mews hier ». Il dit ainsi avoir demandé que le salaire minimal pour chaque famille tourne autour des Rs 15 000.