Lentement mais sûrement, la mise en place d’une Mauritius Professional Football League (MPFL) progresse. Une présentation avancée du projet a été faite en ce sens avec les membres du comité directeur de la MFA et des représentants de KPMG hier après-midi à la Sepp Blatter Football House à Trianon. Si tout se passe comme prévu, la MPFL pourrait démarrer dès octobre prochain avec dix ou quatorze équipes.
La MPFL est un projet à la fois révolutionnaire et ambitieux pour passer vers la professionnalisation de la discipline. Si les démarches vont dans la bonne direction, il est à noter toutefois qu’il reste encore du chemin à parcourir avant le lancement de ce concept sans précédent à Maurice.
Lors d’une présentation générale effectuée hier, Georges Chung, principal promoteur, a passé en revue les étapes. « C’est un projet qui nécessite la collaboration de différents acteurs. Certes, c’est un projet osé, mais avec de la volonté et le support de tout un chacun, on arrivera à démarrer et le faire avancer », a soutenu l’économiste.
Le promoteur s’attend que les dirigeants de la MFA et des clubs s’impliquent totalement. Ce projet sera dirigé par un comité comprenant la présence de personnes venant des diverses instances MFA, ministère de la Jeunesse et des Sports, sponsors et clubs.
Selon les indications, ce projet est basé sur cinq années durant lesquelles des objectifs doivent être atteints. « C’est au bout de cette période qu’on saura si on est dans la bonne direction ou non. Mais je suis persuadé qu’on atteindra notre but », a avancé le promoteur du projet.
Saoud Lallmohamed, ancien joueur et entraîneur, qui est la cheville ouvrière de ce projet, a indiqué que la MFA est responsable de la dégradation du football et qu’elle a l’occasion de rectifier le tir afin de lui donner une autre orientation avec ce projet. « Je l’ai toujours dit que la MFA n’a pas su gérer et promouvoir le football à Maurice. Nos structures doivent être revues depuis la base. Il se trouve que l’équipe actuelle a une certaine volonté pour apporter un changement pour un concept pour l’avenir de la discipline ».
Selon les estimations, chaque équipe bénéficierait de Rs 8 M par saison et qu’un salaire minimum de Rs 25 000 sera alloué par joueur. Toute la structure du club sera revisitée afin que les conditions soient réunies pour que le professionnalisme soit palpable non seulement en termes de finances mais dans la gestion de l’ensemble du club.
Une prochaine rencontre est prévue vendredi prochain avec les clubs des différentes divisions.