C’est demain que sera donné le coup d’envoi de la troisième édition de la Mauritius Regatta, course en yacht de croisière, autour de l’île. Cette course accueille quelques-uns des meilleurs navigateurs actuels.
La troisième édition de la Mauritius Regatta comprendra cinq étapes. La première régate sera disputée à partir de La Balise Marina. La dizaine d’équipages effectuera une boucle jusqu’aux alentours de Flic-en-Flac pour ensuite revenir vers le point de départ.
Lundi 20 mai, la deuxième étape verra les skippers démarrer du Morne, pour une arrivée à Mon-Choisy. Les bateaux mouilleront à Trou-aux-Biches. Mardi 21, la troisième régate verra les participants prendre le départ de Mon-Choisy. L’arrivée se disputera à Grand-Baie.
Après une journée de repos observée le mercredi 22, les skippers et leurs équipages effectueront, le jeudi 23 mai, le retour vers le Sud. La première escale vers la dernière ligne d’arrivée est située à Port-Louis, à l’issue de la quatrième étape. Puis, la dernière étape, vendredi 24 mai, avec une ultime course entre Port-Louis et La Balise Marina, où le vainqueur au général sera connu.
A quelques heures du coup d’envoi de la compétition, Bertrand Hardy, directeur de Yacht Management et organisateur de l’événement, se dit serein quant au succès que vont rencontrer les skippers. « Nous entamons les derniers préparatifs. Avec l’arrivée des concurrents, nous entrerons dans la dernière ligne droite », avance-t-il. À noter que les concurrents arrivent demain. La question d’une météo ne correspondant pas aux attentes des skippers ne se pose pas. « On a annoncé du vent pour la semaine. Alors, on est optimistes », souligne encore Bertrand Hardy.
Ils sont finalement une dizaine d’équipages à s’être inscrits pour la troisième édition de la Mauritius Regatta, tous emmenés par des skippers expérimentés. Parmi, on retrouve Michel Desjoyeaux, double vainqueur du Vendée Globe, triple vainqueur de la solitaire du Figaro, Route du Rhum, Transat Jacques Vabre, pour ne citer que ses plus prestigieux succès. Derrière lui, on retrouve son “disciple” François Gabart, vainqueur du Vendée Globe 2012-13 à seulement 29 ans.
Un élément féminin, en la personne de la Britannique Dee Caffari, qui compte à son actif une sixième place au Vendée Globe, mais dont le point d’orgue reste un tour du monde en solitaire dans les deux sens.