La Mauritius Telecom Employees Association (MTEA) compte saisir le Bureau international du Travail (BIT) au sujet du rapport salarial rédigé par la juge Balgobin, vivement contesté par les syndicalistes. Ces derniers avaient lourdement critiqué les conclusions de l’exercice d’arbitrage au sujet des conditions de salaires et des avantages pour la période 2012-2016.
« Le rapport Balgobin c’est de l’argent jeté à la fenêtre. Nous (NdlR : les trois syndicats d’employés de Mauritius Telecom) n’avons tiré aucune satisfaction de ce rapport », déclare Raj Rughoonauth, président de la MTEA. Ce syndicat envisage d’alerter le BIT en ce sens, mais d’abord il devra en discuter avec la Fédération avec laquelle il est affilié.
Les quatre principaux points de désaccord, pour rappel, concernaient le taux de l’augmentation salariale préconisé par le rapport Balgobin qui est de 16,7 % alors que les syndicats avaient proposé une fourchette de 25 % à 36,6 %, la restauration des 37 jours d’annual leaves et 120 jours de accumulated leaves comme préconisé par le rapport Matadeen ; le cas des 131 employés n’ayant pas opté pour le rapport du Commissaire salarial Appana en 2008 et qui par la suite ont été intégrés au rapport Balgobin mais qui, au final, ne bénéficieront pas d’arriérés remontant à juillet 2008 mais pour six mois seulement ; et en dernier lieu, la rétrogradation d’employés des grades SS3 a et SS8a.
Parallèlement, la MTEA avait sollicité une rencontre avec la juge Balgobin pour faire la lumière sur plusieurs points concernant l’Arbitration Award attribué fin mai dernier. Mais dans une lettre qui leur a été adressée récemment, il leur est expliqué que cette dernière avait déjà terminé son mandat dans le cadre de l’exercice d’arbitrage et il leur a été par conséquent conseillé de rechercher un avis légal sur le sujet.
D’autre part, la Mauritius Telecom Employees Association (MTEA), la Telecommunication Employees and Staff Association (TESA) et la Telecom Workers Union ont rencontré hier le président du conseil d’administration de Mauritius Telecom, Asraf Dulull, le CEO Sarat Lallah et d’autres hauts cadres de Mauritius Telecom. « La rencontre a été fructueuse. Le chairman nous a fait comprendre que la priorité sera le backpay des 131 employés qui remontent à juillet 2008 », indique Raj Rughoonauth.
La Mauritius Telecom Employees Association avait par ailleurs sollicité le ministère du Travail au sujet des trois points de litige concernant le non-paiement du profitabilty bonus pour les années financières 2012 et 2013. La direction de Mauritius Telecom aura à s’expliquer à ce sujet au cours d’une prochaine convocation par le ministère…