L’ex-président de la Mauritius Telecom Employees Union (MTUE) ne compte pas baisser les bras après qu’il a été suspendu de ses fonctions chez Mauritius Telecom. Il veut retrouver son siège pour défendre les droits des employés de la compagnie car, selon lui, ces derniers « n’ont aucun soutien » dans leurs problèmes et avance que les autres syndicats « sont étroitement liés à la direction ».

« Il faut qu’on m’intègre à nouveau à mon poste », soutient Raj Rughoonath au Mauricien. Pour lui, sa suspension est « injuste » car il estime « ne pas avoir fauté » dans son travail.  L’ex-président dit avoir, à chaque fois, défendu la cause des travailleurs dans la compagnie et soutient que l’argument de la direction selon lequel il a été forcé à prendre sa retraite « ne tient pas la route ». Il ajoute : « Le “procedural agreement” ne stipule pas cela. »

Raj Rughoonath regrette que plusieurs employés de Mauritius Telecom et d’autres compagnies subsidiaires soient obligés de travailler dans « des conditions difficiles ». Il poursuit : « Ils ont peur de faire entendre leur voix craignant des représailles. » Raj Rughoonath demande à la direction de MT de présenter des évidences pour prouver la raison de sa suspension. Il ajoute qu’il continuera de se battre car les « employés de MT ont besoin de moi pour défendre leur cause » face à une direction qui, dit-il, « ne tient pas à coeur l’intérêt des travailleurs ».