Bonne nouvelle pour les employés de Mauritius Telecom (MT). Ceux comptant une quinzaine d’années de service auront droit à une promotion automatique. Les 168 employés concernés auront ainsi droit à trois points d’augmentation (“increments”), soit une majoration salariale de 10%, toutes catégories confondues.

La nouvelle a été annoncée jeudi par Suraj Ray, président de la Mauritius Telecom & Staff Association, lors d’une conférence de presse à l’hôtel Saint-Georges, à Port-Louis. « En 2008, il y avait une disruption dans les conditions de service des employés de MT avec la publication du rapport Appanah alors que Sarat Lallah occupait le poste de CEO de la société. Les perspectives de promotion sont devenues alors plus rigides pour les Graphic Designers, les Principle Officers affectés dans les boutiques, les Principle Engineers et les techniciens. Il y avait une “dead end”, ce qui fait qu’ils n’ont pas droit à un “increment” lorsqu’il y a une révision salariale », a-t-il dit.

Et Suraj Ray de poursuivre : « On a eu donc des discussions avec le conseil d’administration de MT qui, dans sa sagesse, a pris la décision d’accorder une promotion à 168 employés. Pa fi nn get kouler ou fi gir. C’est un travail formidable. Nous, à MT, sommes vraiment chanceux d’avoir un conseil d’administration qui est à l’écoute des travailleurs. » Il invite ainsi les autres organismes parapublics à s’inspirer de la décision prise par MT. Il devait aussi déclarer que cet exercice de promotion n’est pas une fin en soi. Il faut s’attendre maintenant à ce qu’il y ait un exercice de restructuration, ou des accords collectifs ou encore un programme de retraite volontaire. Des postes vacants continueront à être publiés. « De plus, les négociations pour revoir les conditions des travailleurs de MT vont bientôt démarrer.

Dans l’ensemble, tous les travailleurs de MT sont satisfaits de leurs conditions de travail », a-t-il souligné. Concernant l’introduction du Workers Right Bill à l’Assemblée nationale, mardi dernier. Il devait déclarer que le forum tripartite, longtemps réclamé par les syndicats, est devenu une réalité. « Je constate que le gouvernement a écouté la voix des syndicalistes et cela est bon pour la démocratie.

Ce projet de loi encourage la négociation collective à travers le “Standard procedure agreement”. En signant cet d’accord, a-t-il déclaré, ils veulent savoir si l’employeur aura l’occasion de rencontrer les syndicats pour connaître leurs points de vue. Et d’ajouter : « Un tribunal n’est pas le forum approprié pour favoriser les négociations collectives. Les négociations doivent se faire entre les syndicats et les employeurs d’après des procédures