Le groupe Mauritius Telecom a enregistré des profits nets de l’ordre de Rs 1,78 milliard en 2012, selon les chiffres qui ont été rendus public par son président, Asraf Dulull, lors d’une conférence de presse ce matin. Le profit avant taxe est estimé à Rs 2,6 milliards alors que le chiffre d’affaires de la compagnie dépasse pour la première fois Rs 8 milliards.
Pour la première fois, les directeurs français d’Orange n’étaient pas présents lors de la présentation du bilan financier annuel. « Ils ne sont pas disponibles », a fait comprendre M. Dulull, qui rencontrait la presse pour la première fois depuis son entrée en fonction comme président de MT, succédant à Das Thomas.
2012 a été une année marquée par beaucoup de défis pour Mauritius Telecom, notamment à cause des pressions macroéconomiques et d’une compétition grandissante sur le marché des télécommunications, soutient Asraf Dulull. Ce qui n’a pas empêché le groupe à enregistrer une croissance de 4,04 % de bénéfice brut, précise son président.
Le profit net a baissé de 4,1 % en 2012 par rapport à 2011 pour atteindre Rs 1,78 milliard. Concernant la rentabilité par action, elle est passé de Rs 9,77 en 2011 à Rs 9,37 l’année dernière. Le dividende intérimaire payé par action était de Rs 6,53 comparé à un dividende total de Rs 6,16 en 2011.
En 2012, le montant des taxes prélevées sur les revenues s’élevait à Rs 788 millions, soit 31 % des résultats avant impôts. Selon Asraf Dulull, Rs 3,3 milliards sous forme de taxe ont été versées dans les caisses de l’État.
D’autre part, Rs 62 millions ont été consacrées à des activités CSR durant l’année écoulée. Les investissements de capitaux étaient de Rs 1,5 milliard. 79 millions de dollars (Rs 2,4 milliards) ont à ce jour été investis dans des projets de câbles sous-marins.
Le président de MT estime que l’année 2013 ne sera pas exemptée de difficultés économiques, financières et environnementales. « Le conseil, le management et les employés conjugueront leurs efforts pour proposer des offres innovantes, poursuivant ainsi la croissance de l’entreprise et continuant à créer de la valeur pour les actionnaires », a-t-il dit.
Pour Asraf Dulull, l’année 2012 a été marquée par beaucoup de défis pour le groupe notamment à cause des pressions macroéconomiques et d’une compétition grandissante sur le marché des télécommunications. Ce qui n’a toutefois pas empêché MT d’enregistrer une croissance de 4,04% du bénéfice brut. Par contre le profit net a baissé de 4,1% en 2012 par rapport à 2011 pour atteindre Rs 1,78 milliard. La rentabilité par action, elle, est passée de Rs 9.77 en 2011 à Rs 9.37 en 2012. Le dividende intérimaire payé par action était de Rs 6.53 comparé à un dividende total de Rs 6.16 en 2011. En 2012, le montant des taxes prélevées sur les revenus était de l’ordre de Rs 788 millions, soit 31% des résultats avant impôts. M. Dulull estime que le montant versé dans les caisses de l’État sous forme de taxe s’élève à Rs 3,3 milliards. D’autre part, Rs 62 M ont été consacrées à des activités CSR durant l’année écoulée alors que les investissements de capitaux étaient de l’ordre de Rs 1,5 milliard. Quelque 79 million de dollars (Rs 2,4 milliards) ont été investis au niveau des projets de câbles sous-marins à ce jour. M. Dulull estime que l’année 2013 ne sera pas exempte de difficultés économiques, financières et environnementales. « Le conseil, le management et les employés conjugueront leurs efforts pour proposer des offres innovantes et ainsi poursuivre la croissance de l’entreprise, et continuer à créer de la valeur pour les actionnaires », dit-il.
Pour sa part, le CEO Sarat Lallah a expliqué que les revenus opérationnels du segment internet s’élevaient à Rs 832 M, une croissance de 8,6% par rapport à 2012. « Cette progression s’explique par le fait que notre base d’abonnés My. T et ADSL a continué à croître, avec 21 400 nouveaux abonnés pour 2012 pour atteindre 138 5000. Pour le segment mobile les revenus se chiffraient à Rs 3,6 milliards, une croissance de 3,8% par rapport à l’année précédente. Le nombre de clients a augmenté de 38 000 pour arriver à 752 000 à la fin de 2012. Actuellement le nombre d’abonnés d’internet est de 147 000 alors que celui des téléphones mobiles s’élève à 760 000 ».
Le CEO de MT a passé en revue les innovations de 2012 qui comprennent, entre autres, Orange money qui permet le paiement par mobile des factures de MT, du CEB et depuis récemment de la CWA avec la collaboration de la SBM. La panoplie de modes de paiement sera étendue en 2013. Les tablettes Orange, qui facilitent l’accès à internet, ont reporté un succès instantané, soutient M. Lallah. À ce jour, 18 000 ont été écoulées sur le marché. Ces tablettes sont également exportées vers des pays africains. Le système de Fiber to the home déployé sur une base pilote à Floréal et Quatre-Bornes a permis de connecter quelque 550 clients. MT compte toucher 8 000 abonnés d’ici la fin de l’année. Des investissements de Rs 200 M sont prévus pour le développement de ces facilités à Beau-Bassin, Rose-Hill, Candos, Ébène et Floréal. Des investissements de Rs 5,5 milliards sont prévus pour le déploiement de ce système de fibre optique sur les cinq prochaines années. Celle-ci pourra offrir des expériences internet haut débit de Rs 10 Mbps et 20 mbps. L’année 2012 a aussi été marquée par le lancement de la 4 G. Le service a été déployé à Port-Louis et Bagatelle. Il sera déployé dans l’ensemble de Port-Louis cette année. Concernant My. T, Sarat Lallah a indiqué qu’elle offre aujourd’hui 50 chaînes TV, les bouquets Bollywood, Explorer et OCS et un large choix de films en VOD. Il a annoncé que la technologie offerte sera améliorée de manière à mieux adapter les services aux besoins de la clientèle aujourd’hui.
Au chapitre des projets en 2013, Sarat Lallah a mentionné l’extension du service FTTH à quelque 17 000 familles, la mise en service d’une nouvelle plateforme IPTV pour My. T qui nécessitera des investissements de Rs 165 M. Quelque Rs 570 M seront investies pour la mise en place d’un centre de facilités des données.
Parmi les autres projets évoqués par Sarat Lallah figurent celui financé par le Universal Service Fund concernant le rehaussement de la bande passante satellitaire entre Maurice et Rodrigues à 118 Mbps et l’implémentation de la migration à huit chiffres du réseau mobile le 1er septembre prochain. Le projet d’installation de câble sous-marin à fibre optique reliant Rodrigues ouvre de nouvelles perspectives pour MT cette année, a-t-il conclu.