Comment et quand la Mauritius Shipping Corporation Ltd a-t-elle recruté un équipage indien, et sous quelles conditions, pour travailler à bord du Mauritius Trochetia ? Le syndicat des marins professionnels de Maurice, la Seafarer Welfare Union, a demandé à la MSCL de répondre à ces questions pour justifier la présence de sept marins indiens qui s’apprêtaient à travailler à bord du bateau, hier, en partance pour Rodrigues. Entre-temps, une vingtaine de marins mauriciens, qualifiés, restés à terre depuis plusieurs mois, attendaient d’être appelés pour prendre leurs postes.
Le recrutement de sept indiens par la MSCL pour faire partie de l’équipage du Mauritius Trochetia a provoqué un mécontentement des marins mauriciens et de la Seafarer Welfare Union, vendredi dernier, dans le port. En effet, la présence de sept marins indiens à bord du bateau et leur départ pour Rodrigues, hier, n’a pas plu aux professionnels mauriciens qui sont à terre depuis quelques temps et qui attendent d’être appelés pour prendre le large.
Ayant eu vent de la colère des marins mauriciens, qualifiés de surcroît et qui connaissent le Mauritius Trochetia par coeur pour y avoir travaillé, la MSCL n’a eu d’autre choix que d’éviter un dérapage et a ouvert le dialogue avec le syndicat des marins, lequel a pu obtenir un consensus : la mise à l’écart des Indiens et la reprise des marins mauriciens. Toutefois, selon nos informations, c’est à contrecoeur que la MSCL a pris l’initiative de geler les services des marins indiens. Ces derniers ne devraient pas exercer lors des voyages du Mauritius Trochetia, dont celui d’hier pour Rodrigues.
« Alors que mardi dernier nous venions de négocier avec la MSCL pour qu’elle s’engage à respecter le Collective Bargaining signé il y a un an, voilà que nous apprenons que sept marins indiens ont été recrutés pour remplacer des Mauriciens ! » s’indigne le président de la Seafarer Welfare Union, Cader Battun. Ce dernier dit s’attendre que la MSCL donne des éclaircissements sur quatre points.