La proximité soutenue avec la clientèle a été l’un des éléments clés derrière le succès de la Mauritius Union Assurance (MUA). C’est ce qu’ont fait ressortir, hier soir, les dirigeants de ce groupe d’assurances lors d’une réception offerte à River House, Phoenix, dans le cadre des célébrations marquant les 65 années d’existence de la société. Ces célébrations se poursuivent aujourd’hui avec un défilé à Port-Louis d’anciennes voitures, dont des Morris Minor, voiture mythique de Maurice qui a fait son apparition en 1948, année de la fondation de la MUA, ainsi qu’un lâcher de cerfs-volants à l’effigie de la société.
« Depuis nos débuts, nous avons été à l’écoute des besoins des particuliers et des petites et moyennes entreprises et avons développé des produits pour satisfaire leurs besoins, sans toutefois négliger les autres composantes de notre société », a déclaré Dominique Galéa, président du conseil d’administration de la MUA, en présence de nombreux invités, dont le vice Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval. Dominique Galéa a rappelé le début de création de la MUA « par un groupe d’hommes d’affaires voulant s’affranchir des compagnies d’assurance étrangères représentées à Maurice par les maisons de commerce traditionnelles », car ils sentaient que leurs besoins n’étaient pas pris en compte.
Le président du conseil d’administration de la société a rendu hommage aux premiers actionnaires, citant les noms de Noël Coignet, Jules Constantin, Jean Ah Chuen, Prosper Forget, Ebrahim Dawood, Michaël Leal, Sulliman Moollan, Ramlochurn Lallah, Guy Rochecouste, James Edwin Harrison, Wilfrid Larché, Edgar Millien et ceux de certaines familles (Coriolis, Appavou, Mottet, Aumeerally et Seeyave). « Nous sommes très fiers de cet héritage sur lequel nous avons bâti au fil des années », a ajouté Dominique Galéa. Il a également fait état des débuts modestes de la MUA notant qu’au début la prime mensuelle applicable sur une assurance vie n’était que de Rs 2. La compagnie n’a cessé de se développer depuis sous l’impulsion de ses directeurs et autres présidents successifs du conseil d’administration.
« L’histoire de la Mauritius Union est indissociable de celle de l’île Maurice moderne. Le développement et la diversification de ses activités ont accompagné l’évolution socio-économique de Maurice. Formant aujourd’hui l’un des plus importants groupes financiers à Maurice, la Mauritius Union est toujours restée fidèle à la philosophie prônée lors de sa fondation : contribuer au mieux-être des individus et des collectivités de l’île », fait-on ressortir dans les milieux de la société.
Compagnie à 100 % mauricienne, la MUA devait, grâce à une politique d’ouverture vers des foyers à revenus modestes dont des employés d’usine, des petits commerçants et agriculteurs, au fil des années consolider ses assises tout en modernisant ses structures et en proposant de nouveaux produits et services à la clientèle.
Dominique Galéa a mis l’accent sur quelques faits saillants depuis la création de la société : lancement en 1971 du produit « multirisque habitation » ; passage à l’informatique en 1976 et modernisation des outils de travail ; introduction sur le marché officiel de la Bourse en 1993 ; entrée en opération en 1998 d’un nouveau quartier général à la rue Léoville L’Homme ; fusion en 2010 avec la Prudence Mauricienne et expansion des opérations aux Seychelles en 2011.
La MUA offre la possibilité aux clients potentiels de souscrire trois produits en ligne (I-Go pour l’assurance voyage, Click & Go pour l’assurance automobile et Click for Life pour l’assurance-vie).
« En traitant avec une compagnie d’assurance, il y a deux choses très importantes à considérer : la capacité à payer en cas de sinistre et le willingness to pay », a déclaré Dominique Galéa. Pour ce dernier, la MUA a clairement établi, par la force de son bilan, qu’elle a la capacité de payer.
Le groupe présente un bilan de Rs 8 milliards et brasse un chiffre d’affaires de Rs 2,2 milliards. Sa part dans le marché de l’assurance générale est estimée à environ 25%. Le groupe a décaissé environ Rs 700 millions en 2012 pour le règlement des réclamations de ses clients. De plus, a-t-on indiqué, 75 % des sinistres d’assurance santé ont été réglés dans les 15 jours suivant la réception des réclamations.
« C’est en cas de coup dur que l’on reconnaît la qualité d’un assureur », a déclaré Dominique Galéa. Sous ce chapitre, il a laissé entendre que suite aux inondations du 30 mars dernier, la MUA a réglé les premières réclamations dès le 2 avril. « À l’écoute de nos clients et de nos partenaires, nous nous efforçons de nous améliorer sans cesse », a-t-il conclu.