Après le problème réglé des visas pour Madagascar et les Comores, le Comité organisateur des Jeux des îles (Coji) et le Conseil international des Jeux (Cij) se retrouvent avec une nouvelle épine au pied. En effet, depuis hier, la presse réunionnaise fait état de l’éventualité que Mayotte participe à ces 9es Jeux des îles de l’océan Indien, qui débutent demain avec les matches de football, sous la bannière française, donc en bleu, blanc et rouge.
C’est désormais une tradition avant le début de chaque Jeux que l’organisation se retrouve devant une polémique. Cette fois encore, (l’éternel) problème Mayotte-Comores est à gérer. Un nouveau feuilleton politique qui dépasse largement le cadre sportif.
Le Mauricien a contacté tôt ce matin le président du Coji, Thierry Grimaud, qui a dit espérer que le problème sera résolu avant le début de la cérémonie d’ouverture prévue samedi après-midi au stade olympique de St-Paul.
Alors que la Charte des Jeux des îles aussi bien que celle de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI) prévoient que Mayotte, petit archipel revendiqué par l’Union des Comores, défile sous le drapeau et l’hymne des Jeux, la France a souhaité que son département arbore ses couleurs officielles. Ce qui est interdit selon la Charte des Jeux. L’Union des Comores est d’ailleurs catégorique à ce sujet et il n’est pas question qu’il en soit ainsi et ce, même si Mayotte a déjà accédé au statut de Département français d’outre-mer (Dom) et à celui de Région ultra-périphérique européenne au 1er janvier de l’année dernière.
Selon nos informations, les discussions entre l’État français et l’Union des Comores n’ont abouti à rien. Ce qui laisse à penser que la réunion du Cij, prévue demain soir à 18h à l’hôtel Belle Pierre à St-Denis, pourrait être déterminante. Quoique dans les milieux concernés, on avance que c’est un peu tard pour d’éventuels changements au niveau des règlements.
Le Mauricien a eu l’occasion d’évoquer la question avec Thierry Grimaud. Il précise que ce n’est pas au Coji de prendre une décision mais bien au Cij. « À la lumière des décisions qui seront prises par le Cij, nous ne ferons que les appliquer. D’après nos informations, c’est le statu quo. Il faudra donc attendre, car d’ici à samedi, beaucoup de choses peuvent se passer », a-t-il fait remarquer.
Le président du Coji avance que les négociations n’ont jusqu’ici pas abouti, dans la mesure où l’Union des Comores est contre la proposition française que Mayotte défile sous les couleurs françaises et adopte aussi son hymne national — la Marseillaise — pendant la durée des Jeux.
« Rien n’est réglé, alors que nous, au niveau de l’organisation, nous aurions souhaité que ce problème soit résolu entre les différents États avant le début des Jeux. À ce que j’ai pu comprendre, nous ne sommes malheureusement pas très avancé sur ce dossier », a-t-il expliqué.
Pour rappel, Mayotte a toujours défilé sous l’appellation France Océan Indien.