Chetan Ramchurn, un habitant de Quatre-Bornes, âgé de 35 ans, est un jeune entrepreneur dont le parcours suscite beaucoup d’admiration. Adolescent, il n’avait ni ambition ni perspective de carrière. À l’université, il entame des études en droit et gestion, puis en marketing et devient ainsi un professionnel dans le domaine.

Chetan Ramchurn, le jeune directeur de Mazarin Artistry

Il se lance sur le marché du travail en 2008 mais après deux ans seulement, il aspire à devenir entrepreneur pour mieux exploiter ses compétences. Il lance une entreprise en 2015 et devient ainsi le directeur de Mazarin Artistry, spécialisée dans le design, le marketing, la publicité, entre autres.

Mazarin Artistry est une petite entreprise locale, située à Quatre-Bornes et spécialisée dans le design et la stratégie. Elle a été enregistrée en 2015 mais est opérationnelle à plein-temps depuis novembre 2017. Son directeur est Chetan Ramchurn, un jeune professionnel du domaine marketing, âgé de 35 ans, qui a nourri l’ambition de devenir entrepreneur depuis qu’il s’est lancé sur le marché du travail en 2008.

Cet ancien élève du collège Royal de Curepipe a poursuivi ses études supérieures en droit et gestion à l’Université de Maurice après le secondaire. Il a ensuite enchaîné avec une maîtrise en marketing. « Adolescent, j’étais un enfant indifférent. Bien sûr, j’ai pris au sérieux les études et j’ai réussi à obtenir une admission au collège Royal de Curepipe. Mais, je ne me concentrais jamais dans les classes. Je n’avais même pas pensé à une possibilité de carrière. Je n’avais ni ambition ni rêve. Quand est arrivé le moment de poursuivre avec les études universitaires, j’ai opté pour le droit et la gestion parce que c’était un cours très prisé à l’université et j’avais beaucoup d’amis qui le faisaient », relate Chetan.

Au cours de sa formation, le jeune homme développe un intérêt pour le module de marketing et par la suite, il décide d’entamer des études avancées en vue d’obtenir une maîtrise dans ce sujet. Les études supérieures achevées, Chetan prend de l’emploi dans une firme privée spécialisée dans la publicité, comme Head of marketing. Puis, il devient chargé de cours à plein-temps au Charles Telfair Institute. Au fil des années, son savoir dans le domaine du marketing l’amène à acquérir de l’expérience dans plusieurs entreprises. Il a, entre autres, travaillé comme Market Research Analyst chez Harel Mallac and Co Ltd, Research Manager chez TNS Analysis, Business Development Manager chez Cread Co Ltd, puis comme Marketing and Business Development Manager dans une compagnie d’assurances et Area Head for Alternate Channels chez Island Life Assurance.
L’ambition de devenir entrepreneur s’est développée chez Chetan alors qu’il en était à sa deuxième année d’emploi. « Je pense que toute personne a cette ambition, c’est-à-dire, travailler pour soi-même afin de mieux exploiter ses compétences au lieu d’être exploité par les autres. J’en étais à ma deuxième année d’emploi quand j’ai réalisé que je ne pourrais finir ma vie à travailler pour le compte des autres. J’avais besoin d’une certaine liberté. Parallèlement, je comprenais qu’il me fallait plus d’expérience et d’expertise avant de me lancer à mon propre compte. D’où la raison pour laquelle j’ai continué à travailler dans les entreprises, et ce jusqu’à ce que je sois prêt à lancer la mienne », fait-il ressortir.

En 2015, Chetan lance Mazarin Artistry, spécialisée dans la stratégie et le design et dispose d’une palette de services qui comprend l’image de marque, la publicité, la création d’identité d’entreprise et la photographie, entre autres. Toutefois, la compagnie n’était pas opérationnelle. « J’ai démissionné de mon emploi en 2017 pour me consacrer à la formation de mon entreprise. J’ai pris un emplacement, j’ai aménagé un bureau pour accueillir les clients et j’ai créé un portfolio. En janvier 2018, la compagnie est officiellement lancée et un mois après, j’ai décroché mon premier contrat », dira le jeune entrepreneur.

Dès son lancement, Mazarin Artistry a décroché des contrats importants : 50e anniversaire de la compagnie Premix, lancement du réseau Binastore, lancement du produit Baobab Lakaz Mazik, “image bank” pour les employés de la compagnie Lafarge, et application du logo sur les camions mixeurs de construction. « Le premier projet était dans le cadre du 50e anniversaire de la compagnie Premix qui cadrait aussi avec le 50e anniversaire de l’indépendance de Maurice. Ma compagnie était chargée de repeindre les camions et dessiner des paysages locaux et tout cela en trois semaines. Après le succès de ce premier projet, nous avons réussi à en décrocher plusieurs autres », soutient Chetan.
Pour répondre à la demande de ses clients, Chetan doit faire appel à des professionnels dans le domaine. « Je suis un professionnel du domaine de marketing, mais j’ai dû faire à appel à des artistes peintres professionnels pour dessiner sur les camions. Jusqu’ici, je n’ai pas d’employé à plein-temps. Dès que je décroche un contrat, je fais appel à des professionnels dans le domaine requis et nous travaillons ensemble sur le projet. J’ai trois Designers qui sont toujours disponibles quand je fais appel à eux. Toute la planification se fait au bureau », précise-t-il.

Outre le relooking des camions et le marketing, Mazarin Artistry offre aussi ses services à des entreprises et hommes d’affaires qui souhaitent créer une carte de visite. « À Mazarin Artistry, nous concevons la carte pour eux, notamment en nous basant sur leurs exigences et spécifications. Nous pouvons aussi assurer le suivi dans l’imprimerie », dit-il. Par ailleurs, Mazarin Artistry se spécialise dans la publicité. « Nous faisons des petites vidéos de publicité pour les compagnies qui ont besoin de promouvoir leurs produits, comme nous l’avons fait pour Baobab Lakaz Mazik. Nous avons aussi les moyens et l’expertise pour réaliser un film, à la demande de nos clients. Comme pour le premier projet, je fais appel à des professionnels de la photographie et de la cinématographie pour réaliser les vidéos ou films. Je travaille avec des figures connues localement afin d’offrir des produits et services de qualité à mes clients. En 2019, nous avons réalisé six vidéos au total », souligne Chetan.

Jeune entrepreneur, Chetan ne cache pas sa légitime fierté pour le succès de son entreprise. Toutefois, le jeune entrepreneur n’a aucun projet d’avenir en tête pour le moment. « C’est une entreprise fraîchement lancée, même si je suis parvenu à décrocher des projets importants. Cela dit, pour le moment, je souhaite me consacrer au bon fonctionnement de mon entreprise avant de penser à l’avenir. Certes, j’ai des projets d’agrandissement, mais rien dans l’immédiat », fait-il ressortir.
Par ailleurs, il aspire à ouvrir un studio pour l’enregistrement des voix quand il aura des vidéos ou films à réaliser. « Pour le moment, nous devons solliciter les services d’un autre studio. Cela me facilitera la tâche si j’ai mon propre studio et cela me coûtera moins cher. Par la même occasion, je pourrais louer le studio et venir en aide à des petites agences de publicité qui en ont besoin », précise-t-il.