Le nouveau directeur de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), Pritam Parmessur, a organisé hier une grande réunion avec le personnel. Il a été question des employés en surnombre, mais également des « largesses » de l’ancienne direction envers certains. Outre les promotions, certains employés ont ainsi reçu 16 à 20 increments sur leurs salaires, a-t-il soutenu. Mais la nouvelle qui fait le tour de la station en ce moment est la découverte de 115 bouteilles de whisky et de vin dans le bureau d’un ancien cadre.
Certaines personnes ont vu leurs salaires grimper de manière vertigineuse d’un seul coup. C’est le résultat des différents « increments » à certains, considérés « proches » de l’ancienne direction. C’est ce qu’a révélé Pritam Parmessur hier, lors d’une grande réunion du personnel. Le nouveau directeur de la MBC serait allé même plus loin en disant que dans la fonction publique, il faut un minimum de deux A levels pour toucher un salaire de Rs 40 000, mais « qu’ici, à la MBC, ce n’est pas le cas ». Et pour répondre à ceux qui disent qu’il est un pédagogue et non un homme de l’audiovisuel, il devait même préciser qu’il disait cela « en tant que pédagogue ».
Le seul hic, devait aussi concéder Pritam Parmessur, c’est que pour revoir ces « increments », il faudra passer par le Parquet.
Le cas de certains free-lance avec des contrats comprenant des conditions « alléchantes » a aussi été abordé. La possibilité de revoir ces conditions est à l’étude. Toujours est-il que le nouveau directeur s’est dit pour le fait que certains free-lance passent au statut d’employés « s’ils le méritent » à la fin de leurs contrats.
Concernant les employés en surnombre, il reviendra aux chefs de départements de déterminer combien de personnes ils ont besoin et à quels postes. Et c’est à partir de là qu’une décision sera prise.
Lors de cette même réunion, il a aussi été révélé que 115 bouteilles de whisky et de vin ont été découvertes dans le bureau d’un ancien cadre, qui a plié bagage peu après Dan Callikan. Outre le fait d’amuser certains, cette nouvelle suscite aussi des interrogations. Le personnel se demande ainsi ce que fait autant d’alcool sur un lieu de travail. D’autant que par le passé, rappellent-ils, certains ont été mis à la porte sous une accusation d’avoir consommé de l’alcool pendant leurs heures de service.