Voyage, voyage et toujours les mêmes. C’est la pratique à la MBC et plus encore depuis le changement de direction. Sept journalistes dans les bons papiers de la nouvelle équipe aux commandes, qui ont la réputation de virer leur cuti selon le profil de ceux qui occupent l’Hôtel du gouvernement, ont été choisis pour un stage de formation en Chine.

Parmi la joyeuse équipe appelée à se balader près de la grande muraille, on compte un journaliste qui vient de rentrer de formation de l’Inde et une autre qui s’est rendue récemment en Chine. C’est aussi transparent, méritocratique et juste que la propulsion de cette journaliste au titre de Programme Manager. Entre autres “nouveautés” introduites à la MBC, des chauffeurs qui se transforment en cameramen lorsqu’ils accompagnent le journalistes
sur le terrain, décision ayant été prise de couper dans le budget des heures supplémentaires de ceux qui ont pour métier le maniement de la caméra. Résultat: des images bidon à la télévision.

Quant au recrutement des proches, on n’hésite pas à renvoyer des personnes qualifi ées pour faire de la place aux protégés. C’est ainsi qu’après le renvoi d’une employée, la fi lle d’un chauffeur qui vient de quitter le collège l’a succédé, tandis que l’épouse d’un journaliste est en pole position pour obtenir un poste question de rester proche de
sa moitié.

Et tout ça, sans aucun appel de candidatures.
Last but not least, les employés de la MBC se demandent aussi pour quelles raisons c’est toujours le président Bijaye Ramdenee qui monte au créneau lorsqu’il s’agit de discourir en public, tandis que celui qui tire vraiment les fi celles, Anooj Ramsurrun, se fait discret. Les plus sarcastiques pensent que la nouvelle direction a un gros problème de “communication”, ce qui est le comble pour un service audiovisuel.

Mais si certains ne parlent pas, ils agissent, comme en témoigne cette présence en studio pour bien veiller que les images du coffre de l’ancien Premier ministre soient bien mises en valeur dans le journal télévisé.