Le Mauritius College of the Air est actuellement en transition pour devenir l’Open University Of Mauritius. L’institution fonctionne déjà sous le nom de l’OUM alors que l’intégration du personnel se fait graduellement. Si les employés se disent jusqu’à présent satisfaits de l’exercice de transition, ils estiment toutefois important d’être impliqués dans les discussions quant aux nouvelles dispositions de leurs conditions de travail. La MCA Staff Association, qui a fait une demande pour conserver son bargaining power en attendant qu’elle change de nom, souhaite avoir une audition spéciale avec le PRB.
Contrairement à plusieurs autres institutions qui ont subi une transition, souligne Enrico Permall, le secrétaire de la MCA Staff Association, nous pouvons dire que jusqu’à présent, les choses vont bien. En effet, depuis la proclamation de l’ouverture de l’Open University of Mauritius (OUM) et la constitution de son board le mois dernier, le transfer of service et l’intégration du personnel dans la nouvelle institution sont en cours. Les employés ont eu droit à une augmentation qui a pris effet à compter du 9 août. Des dispositions seront aussi prises afin de remplir les postes vacants. « Nous avons eu à travailler vite pour envoyer nos nouvelles propositions au PRB », indique Enrico Permall.
Si jusqu’ici, affirme le secrétaire de la MCA Staff Association, le management a pris contact à différentes reprises avec le syndicat en vue de discuter des nouvelles conditions de travail, ce dernier réclame toutefois une audition spéciale avec le PRB. Le syndicat campe sur sa position de vouloir faire partie des discussions. La MCA Staff Association estime toutefois que plusieurs points demeurent en suspens. Elle réclame ainsi une task force en vue de se pencher sur le nouvel organigramme. « Dans le passé, un consultant de la Tertiary Education Commission avait travaillé sur certaines propositions. Nous voulons justement que tout le monde se réunisse pour en discuter. Nous souhaitons aussi prendre connaissance des propositions du management », affirme le secrétaire du syndicat.
Avec la proclamation de l’OUM, le syndicat est appelé à changer de nom et à amender ses règlements. La MCA Staff Association a ainsi envoyé une lettre à la direction la semaine dernière pour demander de préserver ses bargaining rights en tant que MCA Staff Association pour huit mois encore, le temps de changer d’appellation. « C’est important afin que nous préservions nos droits de négociation durant cette période », souligne Enrico Permall. En effet, l’institution représente « une lueur d’espoir » pour les employés car « depuis sept ans, plus de 35 % des postes vacants n’ont pas été remplis et depuis 2008, le MCA fonctionnait sans directeur ». De plus, un exercice de promotion avait été enclenché mais a été par la suite mis au placard en attendant la transition à l’OUM. Les employés s’attendent désormais à ce que la situation se débloque. Un aspect sur lequel ils exprimaient leurs réticences était le déplacement vers les anciens locaux de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC). Après des négociations, la décision a été prise que la nouvelle institution bénéficiera de toute l’expertise, de ressources et des infrastructures du MCA à Réduit, qui est un pionnier dans la distance learning depuis 1971. Les anciens locaux du MBC deviendra un regional learning centre pour l’OUM.
L’institution pour sa part s’est déjà mise au travail et a entrepris une collaboration avec plusieurs institutions étrangères afin de proposer sous peu aux Mauriciens une formation continue, à distance et à faible coût. Quinze cours ont déjà été identifiés pour la formation à distance. L’institution s’associera dans un premier temps aux universités d’Amity et de Madras en vue d’assurer la formation. D’autres institutions tertiaires étrangères, dont celles de Malaisie, d’Angleterre et d’Afrique du Sud, proposeront par la suite des cours à distance.