Le MCB Group a enregistré pour l’année financière se terminant au 30 juin 2012, des bénéfices nets de Rs 4,1 milliards comparativement à Rs 4,5 milliards en 2010-2011, soit une baisse de 8,4 %.
Cependant, explique le conseil d’administration du groupe, qui a approuvé les résultats du dernier exercice financier lors de sa réunion d’hier, les profits après-impôt de 2011-2012 sont plus ou moins comparables à ceux de 2010-2011 si l’on exclut les deux éléments non-récurrents au niveau des revenus du groupe : un accord à l’amiable avec la Mauritius Union Assurance qui a permis à la MCB d’encaisser Rs 250 millions et la cession d’un investissement dans le secteur hôtelier.
« Le groupe a réalisé une bonne année financière, ce qui démontre sa résilience dans un contexte économique délicat tant au niveau local qu’international », souligne un communiqué de la MCB. La direction du groupe bancaire observe plusieurs points positifs concernant la performance de 2011-2012 : a) les revenus nets sous forme d’intérêts ont augmenté de 8,5 % pour atteindre Rs 6,4 milliards ; b) les frais et commissions ont progressé de 18,4 % pour s’élever à Rs 2,2 milliards – cette croissance est due à une intensification des activités du groupe à l’international notamment au niveau du financement des opérations commerciales régionales. La direction de la MCB remarque que 43 % des bénéfices du groupe sont attribuables aux activités à l’étranger – ; c) les bénéfices sur les opérations de change ont crû de 7,4 % pour se situer à Rs 1,4 milliard ; d) les revenus d’exploitation ont connu une hausse de 10,8 % pour se retrouver pour la première fois au dessus de la barre des Rs 10 milliards ; et e) le portefeuille de prêts de la MCB a augmenté de 12,1 % pour franchir le cap de Rs 140 milliards.
Le groupe MCB affichait un bilan de Rs 191 milliards au 30 juin 2012 contre Rs 172,7 milliards une année plus tôt. Les dépôts des clients sont passés de Rs 134,5 milliards à Rs 149,6 milliards alors que ceux des banques se sont repliés de Rs 1,7 milliard à Rs 1,3 milliard.
Le groupe bancaire, affirment ses directeurs, a démontré des « healthy financial soundness metrics in terms of capitalisation, funding and liquidity as well as asset quality », mais ils reconnaissent que les pressions sur la demande de crédit et une progression des créances douteuses ont pesé lourd sur les résultats de 2011-2012. Provision a dû être faite pour un montant de Rs 518,8 millions (contre Rs 315,1 millions en 2010-2011) sous l’item « allowance for credit impairment » en raison de la montée des créances douteuses. « Une augmentation des coûts d’opération par 14,8 % a également ralenti l’évolution de la profitabilité. Celle-ci a principalement été causée par l’impact financier des initiatives liées au renforcement des capacités technologiques », fait ressortir la direction du groupe.
Parlant des perspectives, le conseil d’administration estime que l’environnement local sera particulièrement délicat, le pays ayant des défis majeurs à relever. Cela pourrait avoir un impact sur la capacité du groupe bancaire à générer des revenus. Toutefois, le conseil d’administration affirme que la MCB, prenant pour appui ses capacités internes renforcées et tout en faisant montre de la plus grande vigilance face à l’évolution du marché, saura saisir les opportunités de croissance. « La MCB poursuit son objectif d’expansion et d’approfondissement de ses opérations dans la région et ce, en tenant en compte les perspectives économiques encourageantes en Afrique subsaharienne », ajoute la direction.