Durant presqu’une heure hier, Rick Peyne, expert en fonctions financières auprès de l’Institute of Chartered Accoutants of England and Whele (ICAEW), a disserté sur l’évolution stratégique des Chief Finance Officers (CFO) au sein des entreprises. Il intervenait devant environ 200 invités réunis dans la salle de conférences de la Mauritius Commercial Bank (MCB) de St-Jean, et ce dans le cadre de l’Event 2 de Forward Thinking, organisé par cette banque.
La conférence de Rick Peyne, qui s’intitulait “Can CFO’s do more to support businesses ?”, a coïncidé avec la visite à Maurice d’Arthur Bailey, président de l’ICAEW, qui y assistait également. La conférence a été suivie par un “panel discussion”, qui a vu la participation de Gérald Lincoln, Rick Peyne, Sunil Banuymandhub et Christine Nguyen. Elle était présidée par Raju Jadoo, secrétaire de la Chambre de commerce et de l’industrie de Maurice.
Durant son intervention, Rick Peyne a démontré que le rôle stratégique des CFO a évolué très rapidement ces dernières années. En effet, en tant que “business partner”, a-t-il soutenu, les CFO sont aujourd’hui amenés à relever des défis majeurs et à jouer un rôle stratégique dans l’orientation de leur entreprise.
« Comment les CFO peuvent-ils prendre appui sur la position unique qu’ils occupent au sein de leur entreprise respective pour devenir des “business intergrators” significatifs » et « comment la fonction financière peut-elle agir de façon plus stratégique ? », telles sont les questions auxquelles Rick Peyne s’est évertué à répondre.
Employant un langage non dépourvu d’humour, l’orateur a expliqué qu’au fil des années, le CFO s’est vu attribuer, au sein des entreprises, d’autres rôles stratégiques que ceux strictement financiers. D’un simple comptable, il est devenu un “business partner” à plein-temps, un analyste d’informations chiffrées. Il a en outre de l’influence sur la prise de décisions, et il lui incombe des décisions purement commerciales. Tout cela en collaboration étroite avec son Chief Executive Officer. « Auparavant, en une heure, il passait 59 minutes à faire “balancer” les livres de comptes et une seule minute à les analyser. Aujourd’hui,  tout cela s’est inversé ! » dit encore Rick Peyne.
L’orateur a d’autre part jugé « très important » que le CFO abandonne ses comptes pour « aller constater de visu la réalité et le vécu de ses collaborateurs dans l’entreprise », et ce en vue de décisions plus judicieuses. « Cette curiosité lui permettra d’avoir différentes perspectives, de développer de l’empathie, de poser des questions appropriées et d’entreprendre des mesures adéquates tout en évitant les erreurs du passé », a-t-il élaboré. Selon Rick Peyne, en voyant son entreprise et ses collaborateurs sous ces diverses perspectives, et ce grâce à son empathie, le CFO sera plus à même de jouer son rôle, qualifié alors de « plus que stratégique » dans son entreprise.
Rick Peyne a également élaboré sur la nécessité de former aussi des CFO dans des disciplines touchant au développement de la personnalité et de l’intelligence émotionnelle, entre autres. Lors du “panel discussion” qui a suivi, les intervenants ont parlé du rôle changeant des CFO et de l’importance d’avoir un CFO « ayant du caractère », et ce « pour le bien de l’entreprise ».