La Mauritius Commercial Bank est accusée au criminel pour money laundering. Suite à un problème informatique avec l’enregistrement digital, le procès n’a pu se poursuivre devant la cour intermédiaire. Le magistrat Raj Seebaluck a fixé la prochaine séance au 5 mars 2012.
La reprise des travaux dans l’affaire Mauritius Commercial Bank / National Pension Fund (MBC/NPF) n’a pu se poursuivre comme prévu hier. Le « digital recording » du tribunal étant défectueux, le magistrat Raj Seebaluck, qui préside cette affaire devant l’instance criminelle de la cour intermédiaire, n’a pu écouter le témoin de la poursuite Reshad Hosany. Mardi, lors de l’audience précédente, le même problème a surgi et la cour intermédiaire a dû suspendre les auditions. L’ancien Permanent Secretary (PS) du ministère de la Sécurité sociale sera de nouveau appelé pour le contre-interrogatoire le lundi 5 mars 2012.
La MCB est accusée de blanchiment d’argent en tant qu’entité et elle est représentée dans ce procès par son « fraud auditor » Clifford Allet. Le directeur des poursuites publiques (DPP) intente un procès à cette banque commerciale suite à l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (Icac). Des dépôts du NPF à la MCB sont à l’origine de cette démarche. La MCB n’aurait pas régulé son système de contrôle des fraudes. Cela aurait occasionné un manque à gagner de quelque Rs 881,6 millions.
Reshad Hosany a déjà été interrogé par la poursuite menée par Mes Rashid Ahmine (Senior Assistant DPP) et Yorgesh Bhookun assisté par l’inspecteur Heera de l’Icac. Le témoin à charge a avancé que l’ancienne Principal Accounting Officer Amina Rojooa n’a pas suivi les instructions de l’Investment Committee. Reshad Hosany a soutenu que des Rs 100 millions qui devaient être utilisées pour acheter les bons du Trésor, seules Rs 75 M avaient été utilisées en ce sens. Ce comité décide comment investir l’argent recueilli afin de faire grossir les caisses de la NPF. Amina Rojooa avait été désignée comme « contact person » entre le ministère et la MCB.
La MCB a retenu les services des senior counsels Mes Eric Ribot et Maxime Sauzier dans cette affaire. Me Ribot (SC) a déjà commencé le contre-interrogatoire lors de l’audition de mardi. Il a éclairci certaines informations dites pendant l’interrogatoire du témoin par la poursuite. Le leading counsel de la défense poursuivra le contre-interrogatoire le 5 mars 2012.