La séance d’interrogatoire du jour d’Asish Taukoordyall, qui a étranglé son épouse et l’a découpée en morceaux au grinder, à Eau-Coulée, s’avère déterminante pour la suite de l’enquête. Les indications sont que le suspect, qui collabore avec la police, devra boucler ses explications autour de ce drame ayant pour toile de fond ses déboires conjugaux et sur les différentes étapes de ce crime odieux. À partir de ces éléments, la Major Crime Investigation Team (MCIT), menée par le tandem composé du chef inspecteur Rugbur et de l’inspecteur Jokhoo, décidera du timing de la reconstitution des faits sur les lieux du crime vers la fin de la semaine.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes confirment que le meurtre de Deepa Taukoordyall, 33 ans, a été commis dans la nuit du 8 au 9 janvier dernier à son domicile à la rue Gautray, La Mairee, Eau-Coulée. Ce détail spécifique a été révélé par le suspect en personne quand il a établi son emploi du temps depuis le retour de son épouse et de son fils à la maison le dimanche 5 janvier.
Les indications, soutenues par des témoignages, soutiennent qu’à un moment de la nuit du 8 au 9 janvier, Asish Taukoordyall a déserté son poste d’agent de sécurité chez Coroi Ltd pour se rendre à son domicile à Eau-Coulée pour commettre son forfait. Pour ne pas réveiller son fils, âgé de 12 ans, qui dormait à poings fermés et pour éviter d’éveiller les soupçons, il est entré dans la maison par la porte se trouvant à l’arrière.
Lors de la prochaine Full-Fledged Reconstruction, Asish Taukoordyall devra indiquer aux enquêteurs les différentes étapes de ce crime. Une fois à l’intérieur de la maison, il aurait surpris la victime en l’immobilisant avec un oreiller sur le visage avant de l’étrangler. Compte tenu de sa corpulence, Deepa Taukoordyall a en vain tenté de lutter pour se libérer de cette emprise.
Après s’être assuré que son épouse n’allait plus se réveiller, Asish Taukoordyall a placé un drap sur elle pour faire croire qu’elle dormait toujours, dans une tentative de dissimuler le meurtre. Tôt le lendemain, il s’est rendu comme d’habitude à la boulangerie pour acheter du pain. Par la même occasion, il devait acheter à cette même boulangerie deux sacs en raphia, utilisé pour la vente de farine.
Le préposé à la boulangerie qui lui a vendu les deux sacs en raphia a déjà été entendu par les limiers de la MCIT. Il se rappelle encore qu’Asish Taukoordyall n’a pas emporté les deux sacs à ce moment. Plus tard, il est revenu à la boulangerie au volant d’une voiture de la marque Nissan et de couleur verte pour partir avec le sac.
Une fois seul à la maison, après s’être débarrassé de son fils, le suspect aurait découpé sa victime en trois morceaux principalement pour les accommoder dans les deux sacs à être jetés dans un ravin à la montagne des Trois Mamelles. Il maintient dans sa déposition qu’il n’a jamais accepté le fait que sa défunte épouse aurait emmené avec elle son fils de 12 ans dans ses escapades avec son amant présumé.
Asish Taukoordyall rejette catégoriquement la version des faits de sa belle-mère lors de la déposition du 19 janvier au poste de police d’Eau-Coulée à l’effet que Deepa Taukoordyall avait trouvé refuge chez sa mère à Hollyrood du 1er au 5 janvier. Le prévenu avance que pendant cette période, son épouse avait été hébergée avec son fils dans l’appartement portant le N° D 5 à côté de KFC à Curepipe aux frais d’un « misie long, brun, seve ti bien kourt lor so latet » et présenté comme un policier.
L’enquête de la MCIT, qui se poursuit, devra élucider ces zones d’ombres dans les jours à venir…