Spécialisée dans la fabrication d’aliments pour animaux, la compagnie Meaders Feeds Ltd fête cette année ses 20 ans d’existence, période marquée par un développement soutenu de l’entreprise qui a non seulement modernisé graduellement ses outils de production mais s’est aussi attaquée aux marchés des îles du sud-ouest de l’océan Indien, dans un premier temps, et aux pays d’Afrique de l’est dans un proche avenir.
Les vingt ans de Meaders Feeds Ltd ont été célébrés récemment au siège de l’entreprise à Riche-Terre lors d’une réception à laquelle étaient conviés les directeurs, clients, fournisseurs, prestataires de services et employés de l’entreprise ainsi que par une journée portes ouvertes.
« Acteur essentiel du secteur agroalimentaire national, Meaders est aujourd’hui une entreprise parfaitement intégrée dans la société mauricienne et a élaboré son propre plan de durabilité », a déclaré Jocelyn Fanchette, le Managing Director, dans son discours de circonstance où il est revenu brièvement sur les débuts de l’entreprise et des étapes majeures de son développement. Fondée en 1994, Meaders Feeds Ltd, fait-on ressortir au sein de la direction, a connu une évolution constante, tant par l’expansion de ses outils de production que par ses multiples innovations techniques et technologiques. Elle compte parmi les usines les plus modernes de l’océan Indien avec une unité de production entièrement automatisée et des produits qui sont strictement contrôlés durant tout le processus de fabrication.
Meaders Feeds Ltd a enregistré l’année dernière une production de l’ordre de 85 000 tonnes d’aliments et un chiffre d’affaires d’environ Rs 1,3 milliard. Elle est en mesure de satisfaire une importante clientèle locale dont Innodis Ltd, entreprise productrice de poulets de table et Inicia Ltd, productrice d’oeufs. Mais la clientèle de Meaders Feeds Ltd ne se limite pas au marché local car l’entreprise a trouvé au fil des années des débouchés dans les îles avoisinantes : Rodrigues, Seychelles, Comores, Mayotte, Réunion, Madagascar ainsi qu’au Mozambique. Elle a tout récemment lancé sa première compagnie subsidiaire, Meaders Seychelles et s’apprête à attaquer les marchés d’Afrique de l’est où, indique-t-on, des contacts prometteurs ont été établis.
Comptant aujourd’hui pour actionnaire majoritaire le groupe Innodis Ltd, ainsi qu’Inicia Ltd, Meaders Feeds Ltd a connu quatre phases majeures de développement : a) dès les premières années d’opération, l’entreprise voit sa production annuelle grimper de 10 000 à 25 000 tonnes annuellement ; b) en 1998, avec l’arrivée de nouveaux clients actionnaires, la cadence de production passe à 15 tonnes par heure ; de nouveaux silos de maïs et tourteaux de soja sont alors construits et la production est doublée pour atteindre 50 000 tonnes annuellement ; c) en décembre 2003, entrée en opération de nouveaux silos de maïs d’une capacité de 5 000 tonnes ; toute la chaîne de fabrication est automatisée, permettant à l’usine d’accéder au statut d’unité la plus moderne de Maurice et de réaliser une production annuelle supérieure à 65 000 tonnes ; d) mise en route d’une une deuxième ligne de production en septembre 2013 qui permet de porter la capacité de production à 30 tonnes/heure. La capacité de stockage est augmentée en conséquence.
Meaders Feeds mise beaucoup sur la qualité de ses produits. L’entreprise est en conformité avec les normes de l’African Feed Manufacturers Association et est certifiée ISO 9001 : 2008 et ISO 22000 : 2005 par AFNOR. « La compagnie répond de ce fait à toutes les normes internationales requises pour un système de qualité qui offre satisfaction et confiance aux clients dans ses produits et services », soutient la direction. Meaders Feeds Ltd a remporté le Mauritius Business Excellence Award 2010 dans la catégorie « grande entreprise ».
« La réussite de l’entreprise, nous la devons à la fidélité de notre clientèle, au soutien de nos partenaires et à la vision de nos administrateurs, mais nous la devons également à tous les employés de la compagnie qui ont toujours fait preuve d’un dévouement total », dira Jocelyn Fanchette.