Alexandre Bongoût, ici sur la plus haute marche du podium à Alger, s’affirme de plus en plus comme une valeur sûre du badminton mauricien

A 17 ans, Alexandre Bongoût est entré à jamais dans l’histoire en décrochant l’or du simple garçons au badminton, le 25 juillet dernier à Alger lors des Jeux d’Afrique de la Jeunesse. Un succès qui lui permet de « marcher dans les pas de Julien Paul, le champoin d’Afrique en titre » et sacré lui aussi lors de l’édition précédente au Botswana. Maurice aura donc conservé sa suprématie dans l’épreuve la plus prisée. Et Alexandre Bongoût n’est pas prêt de descendre de son petit nuage, même dix jours après.

« Je savoure toujours et encore. Cela m’a fait beaucoup de bien de gagner à Alger. Je suis encore sous le coup de l’émotion de cette victoire », laisse-t-il entendre. Le badiste, qui est rentré au pays mardi, vit toujours une certaine euphorie. Chez lui, c’est la joie. Après l’aéroport où ses parents sont venus l’accueillir, c’est la famille qui aura fêté dignement son succès. « Mes proches étaient tout d’abord très surpris, puis ils sont devenus très fiers de moi. J’en suis très heureux.»

A la salle de la Protection Civile, Alexandre, classé tête de série n°3, a démontré une détermination à toute épreuve en écartant principalement deux Nigérians, d’abord Tunde Bankole battu 13-21 et 15-21 en quarts, puis Ahmed Balarabe Umar, qu’il a renversé en trois sets 12-21, 21-12, 21-17 en demi-finales. La cérise sur le gâteau arriva en finale lorsqu’il s’offrit le titre en dominant au terme d’un duel intense et sur le score très étriqué de 21-19, 19-21, 26-24, le n°4 du tournoi, l’Ougandais Brian Kasirye.« Nous nous sommes retrouvés tous deux dans un tournoi assez relevé. Toutefois, il fallait rester consistant et mentalement fort. Tout s’est joué dans la tête. Je me suis battu sur chaque point et lors de chaque match. Et puis, petit à petit, j’ai vu que j’avais atteint la finale. Et là, j’ai lutté comme jamais pour gagner… C’est un réel bonheur de pouvoir marcher dans les pas de Julien (Paul), le champion d’Afrique en titre », raconte-t-il.

De ce fait, cette médaille d’or historique lui donne encore plus d’espoir et de confiance dans l’avenir. Car, depuis ses débuts sur le court à l’âge de 10 ans et toutes les heures d’entraînement sans relâche passées ces derniers temps avec ses coaches, le Malaisien Yogendran Krishnan et l’Indien Yagna Ghindi, Alexandre Bongoût s’est souvent montré à la hauteur des attentes. Malgré son jeune âge, il s’est contruit un palmarès éloquent à en juger les résultats qu’ils a obtenus ces quatre dernières années. A l’instar des championnats d’Afrique U 15 de 2014 en Ouganda où il avait décroché l’or du double garçons avec Khabir Teeluck, l’argent du simple garçons et du tournoi par équipes.

En 2015, il s’était distingué une nouvelle fois au cours du même tournoi en Egypte en s’offrant l’or par équipes et en double garçons en duo avec Harsh Jankee, l’argent du simple garçons et du double mixte avec Shania Leung. Puis en 2016, on se souvient qu’il avait effectué son entrée en sélection nationale élite à seulement 15 ans en participant à la phase qualificative africaine des Mondiaux par équipes de la Thomas Cup tenue à Maurice.

Ce nouveau haut fait d’armes survenu à Alger lui permet désormais de voir l’avenir plus sereinement et lui ouvre plus de perspectives lorsqu’il avoue que « maintenant je me concentre sur les prochains Jeux des Iles prévus à Maurice l’année prochaine. Mais à plus long terme, je vise les J.O. 2024 de Paris.» Et ce tout en étant conscient « des efforts à fournir et des sacrifices pour me perfectionner dans le haut niveau.»