Cela fait exactement un an depuis que le Dr Vivekanand Koonja, médecin du Samu, est porté manquant. Ce dernier était parti en mission en Inde le 29 décembre 2012 à la demande du ministère de la Santé pour accompagner un patient. Il aurait dû être de retour le 2 janvier 2013 pour reprendre le  service le lendemain, mais il n’est jamais rentré. Et, depuis, aucune nouvelle de lui.
« Je ne comprends toujours pas ce qui a pu se passer. Qui me dira la vérité ? » s’interroge S. D. Koonja, son épouse. Au bout d’une année, ses quatre enfants (trois filles de 18 ans et un garçon de 15 ans) et elle ont dû s’adapter à cette absence, même si cette dernière est difficile à accepter. « Pa fasil ditou. Nous sommes toujours dans l’incertitude. C’est un suspense qui dure… », confie-t-elle. Ce sont ses enfants, dit-elle, qui lui permettent d’affronter cette dure réalité. « Ils ont gagné en maturité. Ils me remontent le moral. »  
S. D. Koonja est cependant seule à subvenir aux besoins de sa famille. Aussi se dit-elle soulagée d’avoir un emploi, même s’il n’est pas toujours facile, dit-elle encore, de « joindre les deux bouts ». D’autant que tous ses enfants sont toujours scolarisés.
Le soutien psychologique et les gestes de solidarité qu’elle a reçus durant le premier mois de la disparition de son époux se font rares aujourd’hui.
Dans son entourage familial, on fait remarquer que le Dr Koonjal était en « mission officielle en Inde » et non « en voyage d’agrément » au moment de sa disparition. Dès lors, les proches se posent des questions sur le soutien du ministère de la Santé envers cette jeune mère de famille. Mais aussi sur le déplacement que devait effectuer la police mauricienne en Inde pour enquêter sur cette affaire de disparition. « La police a-t-elle vraiment fait le déplacement ? Et si oui, quels ont été leurs résultats », se demandent encore aujourd’hui les proches de S. D. Koonja.
Soulignons que le ministère n’a pas encore déclaré vacant le poste du Dr Vivekanand Koonja, dont le nom figure toujours sur le registre du Medical Council.