Traiter la cause et non seulement les symptômes de la maladie est un concept qui était déjà présent dans les anciennes médecines de l’humanité, qu’elle soit la médecine traditionnelle chinoise (MTC) ou l’ayurveda, pour ne citer qu’elles. Comme elles, l’homéopathie considère que l’être humain est doté de trois « corps » : physique, émotionnel et spirituel. Que ces trois corps sont parfaitement interreliés, c’est-à-dire que tout ce qui se passe à un niveau entraîne des répercussions immédiates aux autres niveaux. C’est ainsi que la spagyrie, médecine alchimique, attache une importance particulière à travailler de manière globale sur ces trois niveaux pour soutenir le processus de guérison. Après une conférence consacrée à l’introduction de cette approche énergétique, le Dr James Naidu, chimiste et homéopathe a, lors de trois journées tenues à l’École mauricienne de Bien-Être (EMBE), Curepipe, présenté aux professionnels de la santé, les différentes formules spagyriques par thème et leurs diverses applications dans la gestion des problèmes de santé.
Nous sommes tous sensibles au fait que nos croyances, nos stress ou nos traumatismes ont tôt ou tard des répercussions sur la dimension émotionnelle et physique de notre être. Tandis que la phytothérapie (soins à l’aide de plantes) agit principalement au niveau du corps humain, les essences spagyriques promettent elles de réharmoniser l’être humain dans sa globalité (corps, âme et esprit) et chasser les émotions négatives.
Une expérimentation peut ainsi conduire le Dr Naidu, qui exerce en Suisse et en Allemagne, à parfois prescrire une plante pour soigner un problème physique et le conduire à également utiliser cette même plante pour soigner des problèmes émotionnels.
Les trois séminaires tenus à l’EMBE le samedi 15, le jeudi 20 et le lundi 24 avril, ont permis de donner aux participants qui sont pour la plupart des professionnels de la santé, une vue d’ensemble des nombreuses possibilités offertes par la spagyrie. Le chimiste et homéopathe a accentué sur l’action des essences pour le système hormonal, la prévention du cancer et le cholestérol. Pour chaque thème, l’accent est mis sur les mélanges de base et les possibilités de les personnaliser pour chaque patient.
Selon le Dr Naidu, chaque patient peut recevoir un mélange spagyrique préparé individuellement pour les symptômes et autres spécificités, qu’ils soient physique, émotionnel ou mental. Une formule chimique peut être créée en procédant au tableau périodique de Mendeleyev. « La spagyrie est un vocabulaire, un langage codé », dit le Dr Naidu. Par exemple, le CITROENS, l’une des formules les plus connues et les plus vendues est composée de plusieurs essences : Chelidonium, Iris Versicolor, du Thuja Occidentalis, Rauwolfia Serpentina, Okoubaka, Euphrasia, Nux Vomica et Sambucus Nigra. Cette formule est prescrite pour ceux qui entreprennent un projet, afin de stopper un processus répétitif, ou encore pour s’exprimer sans peur.
Les multiples applications
Les essences spagyriques qui se présentent sous forme liquide dans de petits flacons spray en verre, disposent d’un large éventail d’applications. Ainsi, la spagyrie peut affirmer par exemple que le remède homéopathique Thuja Occidentalis — qui a des propriétés antibiotiques — permettrait aux personnes qui ont perdu goût à la vie de retrouver la bonne humeur… Il est aussi un grand remède pour la vessie et les reins. Selon le Dr Naidu, il est toutefois déconseillé de le prendre comme essence unitaire.
Le Rauwofia Serpentina peut être employé comme grand remède contre la tension artérielle, mais aussi pour des problèmes de nerfs. Tout comme l’Iris Versicolor qui signifie « accepter de voir la réalité », travaille sur le pancréas et en même temps aide à retrouver le sourire.
Les participants du séminaire ont aussi découvert comment les essences en Spagyrie Phylak peuvent aider à soulager de nombreuses maladies, aiguës et chroniques, régularisent le système hormonal et atténuent l’impact des changements hormonaux sur le plan physique et le plan psychologique. Des formules sont aussi élaborées pour les patients souffrant du cancer. Parmi les composants, on retrouve le Viscum Album (qui est aussi un grand remède contre l’insomnie causée par la pleine lune, mais aussi contre la rétention d’eau, des douleurs de menstruation, etc.).
En spagyrie, nous apprenons aussi le langage codé : que les jours de semaine sont représentés par les planètes, que le jeudi est associé à la planète Jupiter, le vendredi à Venus. Qu’ils sont à leur tour associés aux éléments cuivre ou fer et que le fer est essentiel pour les personnes cancéreuses. Que le samedi représente Saturne, le plomb, et la plante Taxus Baccata, qui serait un grand remède au cancer du sein, mais qui aiderait en même temps à retrouver son indépendance, et à la libération du karma ; le Nux vomica peut soutenir la fonction hépatique, la Belladone soulage les états inflammatoires et les douleurs. D’autres mélanges aideraient à renforcer la foi ! d’autres à vivre le moment présent, à stopper un schéma répétitif…
Comme pour toutes les médecines complémentaires ou intégratives, il y a ceux qui sont convaincus et il y a aussi les esprits rationnels qui évoquent l’effet placebo. Ainsi, pour savoir si elles sont efficaces, il faudra beaucoup les expérimenter.
Par ailleurs, le Dr Naidu qui est rentré en Suisse en fin de semaine, reviendra à Maurice pour une nouvelle conférence gratuite. Celle-ci est prévue pour fin août à l’EMBE. D’autres séminaires de travail pour les professionnels de la santé se dérouleront dès le début du mois de septembre 2017.