« L’acupuncture trouve bien sa place dans la thérapeutique moderne », affirme le Dr Jean-Marc Vian, médecin généraliste français et acupuncteur depuis 25 ans. « Certes, dit-il, il n’est pas simple pour l’acupuncture de faire ses preuves devant le regard moderne et scientifique des médecins du 21e siècle. » Après une conférence, consacrée à l’acupuncture récemment à l’intention du corps médical local, le Dr Vian, dans un entretien au Mauricien, indique qu’en France ce sont seulement les médecins et les sages-femmes qui sont autorisés à pratiquer l’acupuncture. Pour donner ses lettres de noblesse à cette médecine traditionnelle chinoise datant de 3 000 ans, le médecin acupuncteur a le projet d’ouvrir une école de formation en acupuncture à Maurice, avec le concours de l’université française de Montpellier, pour les médecins locaux des secteurs public et privé et en partenariat avec le Dr Patrick Chui Wan Cheong, directeur de la City Clinic. Le Dr Chui Wan Cheong, dont la clinique port-louisienne comprend un département de médecine chinoise traditionnelle, a déclaré au Mauricien qu’il initiera des pourparlers avec le ministère de la Santé afin de concrétiser ce projet de formation de médecins acupuncteurs. « L’école d’acupuncture devra obtenir l’autorisation du Medical Council. Le ministère de la Santé devra légiférer. Nous avons déjà une école de Health Sciences à la City Clinic. Nous allons faire venir des médecins qualifiés de Montpellier pour dispenser les cours d’acupuncture », indique le Dr Chui Wan Cheong. La durée de la formation sera de 18 mois.
Une médecine à bas coût
« L’acupuncture se développe partout en France et ailleurs et c’est une médecine à bas coup », constate le Dr Vian. Enseignée dans les facultés de médecine en France, l’acupuncture est sanctionnée par un examen national de fin de cycle et la délivrance d’un diplôme d’État. « Si des médecins comme moi font trois années d’études supplémentaires, c’est parce que l’acupuncture a fait ses preuves depuis 3 000 ans et, aujourd’hui, on ne peut pas raisonnablement mettre en doute son efficacité », affirme le Dr Vian. Il cite le magazine français Le Nouvel Observateur qui écrit : « Un médecin sur deux en France ne fait pas que de la médecine générale mais aussi un autre type de médecine. »
Pour la médecine traditionnelle chinoise tout est Qi, le souffle, explique le médecin. Ces souffles se déploient et circulent dans le corps à l’intérieur d’un réseau complexe de canaux, les 12 méridiens principaux et leurs méridiens secondaires, précise-t-il. Pour l’acupuncteur, toute douleur physique ou psychologique a pour origine une obstruction de la circulation du Qi dans un endroit du corps.
356 points sur le corps
En d’autres mots, indique le Dr Vian, il y a 356 points sur le corps. Chaque point, dit-il, a une existence électrique. Le praticien affirme : « Ici, on est dans le domaine de la médecine psychosomatique au sens noble du terme. Avant de choisir nos points pour calmer une douleur, par exemple, on va s’enquérir d’éventuels troubles du sommeil, de digestion, poser des questions sur l’équilibre moral du patient. » Et de préciser : « Le médecin acupuncteur va voir d’abord les signes qui accompagnent la douleur, si le patient est dépressif, s’il a le pied enflé etc. On ne va pas traiter de la même façon une douleur qui s’accompagne de nervosité et d’insomnie et une autre qui est associée à la fatigue et à la léthargie », explique le Dr Vian. « L’acupuncture est une médecine holistique qui prend le patient dans sa globalité. »
Pour l’acupuncteur, une douleur est de nature psychosomatique lorsque par exemple une arthroscopie, une analyse de sang n’ont rien montré et que le traitement anti-inflammatoire ou la kinésithérapie n’ont eu aucun effet sur le patient. Il peut s’agir par exemple un mal d’épaule qui ne répond pas au traitement habituel. « L’acupuncture soigne des troubles qui durent depuis longtemps et n’ont pas été soulagés par la médecine classique. Elle traite aussi des problèmes aigus comme une rhinite, une gastro-entérite, une crise de migraine qui viennent d’apparaître. »
Traitement de la douleur
« La médecine traditionnelle chinoise comporte un corpus théorique considérable qui décrit l’homme sain, son fonctionnement, ses relations avec l’univers, la survenue des maladies, leur diagnostic, leur traitement », indique le Dr Vian. « L’acupuncture n’est pas une médecine douce mais une véritable médecine complémentaire à la médecine occidentale », dit-il. Il explique pourquoi il est indispensable d’être médecin pour pratiquer l’acupuncture. « Il faut d’abord connaître les limites de notre art et donc ne pas faire perdre de temps à nos patients s’ils peuvent bénéficier d’un traitement plus rapide et plus efficace », souligne le Dr Vian. « Par exemple, il ne s’agit pas de traiter par l’acupuncture une impotence fonctionnelle et des douleurs dues à une arthrose avancée de la hanche si elle est au stade de l’indication de la prothèse et si une opération permettra à la personne de remarcher quelques jours plus tard. » En outre, dit-il, en acupuncture, un diagnostic ne s’établit qu’en juxtaposant deux ou trois symptômes. Et affirme le Dr Vian : « Le médecin apprend son métier, pendant huit ans, et à faire un diagnostic. Il serait illusoire de prétendre appréhender une médecine comme l’acupuncture sans bagage médical… »