« La médecine traditionnelle a un avenir très brillant. Elle a beaucoup de bénéfices pour qui lutte contre des maladies telles le diabète, le cholestérol, l’hypotension et l’asthme entre autres ». Tel est l’avis du président du groupe City Clinic, le Dr Patrick Chui Wan Cheong. Lors d’un point de presse, mercredi, il a annoncé l’arrivée de cinq spécialistes chinois de renom en la matière. Ceux-ci participeront au premier symposium international sur la médecine traditionnelle chinoise à Maurice, le lundi 15 juin, à la City Clinic. L’organisation de cet événement est une initiative conjointe du City Clinic group et de l’ambassade de Chine.
« La médecine traditionnelle chinoise est un élément important dans la culture chinoise. C’est un trésor précieux pour la nation chinoise qui peut servir au monde entier. C’est pourquoi cette délégation vient en faire la promotion », déclare Chen Zhihong, conseiller à l’ambassade de Chine. S’il existe une différence entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle chinoise, estime Chen Zhihong, « ces deux médecines peuvent travailler ensemble. La délégation de spécialistes pourra échanger avec des médecins mauriciens en vue de trouver un moyen de travailler ensemble ». Outre la conférence, les médecins chinois participeront à un séminaire à la clinique Fortis Darné et rendront par ailleurs visite au ministre de la Santé. Selon le conseiller de l’ambassade de Chine, « la médecine traditionnelle est très populaire en Chine. Dans le monde entier, de plus en plus de pays y ont recours ».
La City Clinic a introduit la médecine traditionnelle chinoise (acupuncture, soins à base de plante) sur une base pilote en 2003. Selon le Dr Patrick Chui Wan Cheong, « à la City Clinic, nous avons reçu de bons résultats à travers cette méthode ».
La médecine traditionnelle chinoise existe depuis des millénaires. Elle est basée sur la théorie de l’énergie vitale, soit le “qi”. « Il s’agit d’apporter une harmonisation entre le “yin” et le “yang”. En Inde, on retrouve le même principe sous un autre nom, le “chakra nadi” ». La médecine traditionnelle chinoise est capable, soutient le Dr Chui Wan Cheong, d’apaiser les douleurs à travers la ponction, qui aide à stimuler les nerfs. « Elle peut avoir un effet analgésique en relâchant l’endorphine, hormone du bien-être. Elle peut aussi stimuler les muscles et s’avérer utile dans des cas de paralysie faciale. Au lieu de se remettre en six semaines, le patient peut se remettre en deux semaines ». La phytothérapie (soins à base de plantes) peut par ailleurs aider à augmenter l’immunité. L’OMS a approuvé 41 maladies pouvant être traitées au moyen de la médecine chinoise. « Quand on me demande quoi choisir entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle, je réponds qu’il faut une symbiose. Si Maurice peut aller vers une thérapie combinée, ce serait une percée », affirme le Dr Chui Wan Cheong.
Les cinq spécialistes chinois sont Dr Wang Chengxiang, vice-président de l’hôpital Dongzhimen ; Dr Yang Jinsheng, expert en acupuncture ; Dr Xu Hao, vice-directeur du Cardiovascular Research Institute of China Academy of Chinese Medical Sciences ; Dr Zhao Yong, expert orthopédique et Dr Zhang Ou, vice-président de la Eye Care Association.
À noter qu’à la fin du symposium, entre midi et 16 h 30, le public aura droit à des consultations gratuites par les spécialistes chinois.