Les dirigeants du Medical Council se disent « préoccupés » par le fait que beaucoup de médecins ne respectent pas le Code of Practice. Trois situations en particulier irritent ces jours-ci la direction de cet organisme : les prescriptions indéchiffrables, la dimension non réglementaire des professional plates (panneaux de leurs cabinets) et le self-advertisement/la participation dans des publicités.
« Les médecins sont des professionnels et ce n’est pas normal qu’il faille régulièrement leur rappeler les clauses de la loi. Il y a un laisser-aller de la part de certains médecins », laisse entendre un des responsables du MC. Selon ce dernier, tout médecin devrait maîtriser les différentes clauses de la loi et les respecter ensuite dans l’exercice de ses fonctions. « Les médecins doivent faire très attention car le Medical Council va être très sévère sur la discipline. Nous allons donner à ceux qui ignorent les règlements la possibilité de se corriger. Et s’ils persistent nous allons prendre des sanctions », préviennent des dirigeants du MC.
Il n’est pas rare que le MC reçoive des plaintes de la part des pharmaciens ou du public au sujet des prescriptions indéchiffrables. La Pharmaceutical Association of Mauritius (PAM) et le Pharmacy Council ont déjà discuté du problème avec l’Ordre des Médecins. « Le MC a pris nos doléances en considération et avait émis un communiqué à l’intention des médecins. Un bon nombre de médecins ont corrigé leur écriture et d’autres ont recours à l’ordinateur. Mais il est dommage que quelques médecins n’aient fait aucun effort pour améliorer leur écriture », dit M. Saroar, vice-président de la PAM.
Dans un communiqué figurant depuis quelque temps sur son site web au sujet des prescriptions illisibles de médecins, le Medical Council dit que la Pharmaceutical Association of Mauritius a attiré son attention sur ce fait et qu’il prend au sérieux ce problème. « Council is therefore making a formal appeal to all registered medical practitioners to adopt a legible handwriting while making their prescriptions so that the correct medications are dispensed by pharmacists to their patients », dit le MC.
L’allégation entendue depuis quelques jours selon laquelle une erreur de médicament pourrait être à l’origine du décès d’un malade remet sur le tapis la question des prescriptions illisibles.
Les dirigeants du MC sont aussi outrés, disent-ils, par la présentation de « professional plates or notice » qui ne sont pas conformes à la loi. Selon des plaintes reçues, la dimension de certains « professional plates or notice » dans certains cas serait trop large et tape à l’oeil. « A registered medical practitioner shall use a professional plate or notice, the size of which shall be 250 mm by 300 mm to indicate his consultation room », dit la loi.