D’année en année, les statistiques de la Médiathèque Édouard Maunick affichent le déclin de l’engouement pour les livres, particulièrement chez les adolescents. Pourtant, cette structure à l’architecture moderne, à Bell-Village, recèle une mine d’or. Pour qui cherche à se documenter, s’informer, s’enrichir ou s’évader… La lumière est dans le livre, disait Hugo. Pour attirer davantage de lecteurs, la nouvelle formule Abonnement 15 vous permet, depuis l’an dernier, d’emporter chez vous une mini-bibliothèque ! Quinze ouvrages à votre disposition pour une période de trois mois…
À la rue Victor Hugo, à Bell-Village, Port-Louis, l’abonné de la Médiathèque Édouard Maunick, anciennement connue comme la Médiathèque de l’Alliance Française, se remémore cette citation du célèbre écrivain français du XIXe siècle : « La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout ; enseignez, montrez, démontrez […] ». Cette lumière, toutefois, de moins en moins de personnes seraient sensibles à son pouvoir. « Chaque année, le nombre de lecteurs, surtout chez les jeunes, accuse une baisse », confie Nirmala Maruthamuthu, responsable de la médiathèque. Internet, tablettes tactiles, livres électroniques sont les principaux accusés. « Bien que je ne sois pas contre le progrès technologique, en tant que bibliothécaire, cela me peine de voir certaines personnes délaisser les livres pour les écrans tactiles. Rien ne remplace le livre, il y a un lien affectif, il y a le toucher ». Le contact physique mais aussi le côté olfactif et visuel… « Pour moi, il y aura un retour vers le papier », opine la responsable de la médiathèque. Cette baisse de visiteurs, précise notre interlocutrice, touche surtout les adolescents. « Nos fidèles abonnés demeurent les adultes et les enfants ».
Pourtant, ce ne sont pas les variétés ni les nouveautés qui font défaut pour le public jeune. Est mise à sa disposition, une section BD considérée comme étant « unique » dans l’océan Indien, avec plus d’un millier de collections. De Titeuf à Tintin en passant par Cédric, Astérix, Michel Vaillant, Thorgal et Lucky Luke, le choix est vaste… Par ailleurs, pour pallier cette absence d’enthousiasme pour la lecture chez cette tranche d’âge, la médiathèque est allée à la recherche de la tendance du moment. C’est ainsi qu’elle met à leur disposition, notamment aux jeunes filles, de nouveaux livres puisant leur origine dans les séries télévisées à l’instar de Charmed, Hunger games, Winx ou encore Beast Quest.
En novembre dernier, la Médiathèque Édouard Maunick a lancé une nouvelle formule : Abonnement 15, qui permet, moyennant Rs 700 par an, d’emprunter 15 ouvrages pour une période de trois mois. Cela, dans le but de mieux faire profiter la richesse de la médiathèque. Une collection de 7 000 albums, documentation pour adulte et jeune, 4 000 romans adultes, 2 000 littérature jeunesse (romans, contes, poésie, théâtre), magazines, grands classiques littéraires et bien d’autres ouvrages et magazines traitant tant de psychologie que de spiritualité, de cuisine et de l’art de la décoration.
Selon Nirmala Maruthamuthu, l’Abonnement 15 a été élaboré dans le but de rendre la lecture accessible à tous. Consciente de l’importance de la lecture et tenant en même temps compte du fait que nombre de Mauriciens n’ont pas facilement accès à cet endroit, la médiathèque a jugé plus pratique d’étendre la durée des emprunts. « Si des parents ont trois enfants et doivent prendre un abonnement pour chaque enfant, cela leur reviendrait à Rs 1 050 par an. Et, les prêts s’étalent sur 21 jours. Or, avec l’Abonnement 15, ils payent Rs 700 par an, ils peuvent emprunter cinq livres pour chaque enfant et les garder trois mois ! On a pensé surtout à ceux qui habitent loin de la médiathèque. Souvent, avec un délai de 21 jours, les abonnés accusent du retard et se voient infliger des amendes ».
Belles rencontres à naître
La majorité des visiteurs et abonnés à la Médiathèque Édouard Maunick, apprenons-nous, sont ceux qui sont déjà inscrits aux cours offerts par l’Alliance Française et les enfants en bas âge qui sont accompagnés de leurs parents les samedis. La responsable de la médiathèque dit espérer qu’avec cette nouvelle formule « qui a déjà commencé à porter ses fruits », davantage de Mauriciens viendront profiter des quelque 85 000 ouvrages qui s’y trouvent.
Considéré comme un lieu de référence de la littérature jeunesse à Maurice, la Médiathèque Édouard Maunick offre également des collections adaptées aux plus petits, à leurs âges et intérêts. Des albums illustrés, thématiques, des contes et comptines, des livres fantastiques sont prêts à leur faire découvrir d’autres expériences, d’autres univers à côté de personnages inconnus ou plus familiers de par leurs manières de vivre. Bref, de belles rencontres à naître…
Chez les adultes, des collections dans divers domaines de la connaissance et de la littérature sont proposés. Les livres qui ont la cote actuellement sont ceux de Daniel Steel et de la collection Harlequin. Les grands classiques les intéressent moins, indique Nirmala Maruthamuthu. Si les adolescents « viennent quand même lire après les heures de classe, surtout les vendredis », notre interlocutrice confie : « Cela me chagrine de voir qu’ils ne s’intéressent pas autant aux livres de qualité, aux grands classiques tels Jules Verne, la Comtesse de Ségur… ». Pour encourager plus de lectrices adultes, de nouvelles acquisitions ont été faites sur la couture, la broderie et la cuisine, entre autres.
Autres demandes du moment : les livres philosophiques et spirituels. « Dans le monde stressant dans lequel nous vivons, les gens y cherchent un refuge ».
« Ouvrez le livre tout grand », avait dit Hugo. La Médiathèque Édouard Maunick joue son rôle. Elle reste ouverte au public. Il ne reste à ce dernier qu’à se laisser illuminer par la lumière qui s’y dégage…