Après avoir vidé son sac hier au sujet des « vrais problèmes » qui paralysent le fonctionnement du Medical Council (MC), le président de cet organisme devrait soumettre sa lettre de démission en fin de journée aujourd’hui. Il attribue ce dysfonctionnement d’une part à « l’ingérence ministérielle inadmissible » et, de l’autre, aux « lobbies de certains membres » qui feraient « le jeu » du ministère. « Je suis venu pour faire un travail et non pour adhérer à certaines pratiques qui ne correspondent pas à l’esprit du MC. Je pars sur une question de principes », explique le Dr Kailesh Jagatpul au sujet de son départ prématuré. Selon nos renseignements, certaines personnes bien placées au sein du gouvernement seraient agacées par ces remous au sein du MC.
La décision du Dr Jagatpul de quitter son poste fait suite à une demande d’une réunion urgente du board faite par 11 membres afin de revoir une décision prise depuis le 10 mai relative au recrutement du prochain Registrar. Lors d’une conférence de presse hier au MC pour annoncer son départ, le futur démissionnaire reconnaît que cet organisme « fonctionne au ralenti depuis au moins deux mois » et tient le ministère de tutelle « en partie responsable » d’une telle situation. Cette autorité « s’immiscerait trop », selon son constat, dans la gestion de cet organisme. « Le gouvernement peut faire part de son opinion sur la politique générale concernant la profession, mais ne peut s’ingérer dans le fonctionnement du MC, qui est un organisme indépendant, selon la loi », fait ressortir le Dr Jagatpul. Ce qui a provoqué le mécontentement du président de cet organisme, de même que d’autres membres, ces derniers jours, a trait aux directives émanant du ministère par rapport à la fonction du Registrar. « Le ministère a témoigné d’un grand intérêt au sujet du remplaçant du Dr Deepchand à ce poste », souligne le Dr Jagatpul. « D’abord, on reçoit une lettre nous demandant de nommer le Dr Foondun pour faire la suppléance à cette fonction alors qu’il revient au board de faire son choix. Ensuite, le jour même où le board devait se réunir pour prendre une décision concernant le panel pour l’interview des candidats au poste de Registrar, le ministère nous envoie une lettre pour nous dire ce que nous devrions faire. C’est inadmissible ! » lance le président. « Il y a eu aussi l’épisode de la révocation des cinq nominés du précédent ministre de la Santé ainsi qu’un grand cafouillage par rapport aux procédures de révocation de ces personnes. Il y a eu pas moins de trois lettres émanant du ministère », poursuit le Dr Jagatpul.
Ce dernier a été très critique envers les signataires de la lettre réclamant une réunion urgente du board. « L’un d’eux n’a pas assisté aux réunions du board ces quatre derniers mois. Un autre, qui est un Senior member, et qui connaît bien la loi du MC, a gardé le silence pendant plusieurs mois au sujet de son service payant à la Sécurité sociale alors qu’il a été élu dans la catégorie “médecin du privé”. Il y a aussi le cas de ce médecin suspendu dans le passé par le MC pour “gross misconduct”. Parmi ces personnes se trouvent certains membres qui font beaucoup de bruits dans les réunions, mais leur contribution réelle pour faire progresser le Council est quasi nulle », a insisté hier le Dr Jagatpul. Celui-ci relève aussi la signature des cinq nouveaux nominés sur cette lettre « alors qu’ils n’ont pas encore pris place », fait-il remarquer, au sein du board. « Zot pe konteste enn desizion du Council alor ki zot pa ankor met zot lipie dan buro MC e zot pa kone kouma sa council-la fonksione », reprend le Dr Jagatpul.
Le président démissionnaire s’interroge aussi sur le sujet évoqué par ces 11 membres pour réclamer une demande de réunion urgente – soit la composition du panel de sélection pour le recrutement du Registrar – et se dit « étonné » que ces personnes « n’aient pas jugé nécessaire de réclamer une telle réunion » sur des questions qu’il qualifie de « plus importantes et qui font débat dans la profession et dans le public ». À l’adresse de ses anciens collègues, il poursuit : « Ils contestent une décision prise depuis le 10 mai en leur présence alors qu’il y a d’autres questions graves répercutées dans la presse concernant des membres du Council et qui font l’objet d’enquête par d’autres organismes. Est-ce que ces questions seraient moins importantes que celles concernant un panel d’intervieweurs pour le recrutement d’un Registrar ? »
La demande de ces personnes pour cette réunion urgente a été faite selon les règlements en vigueur et est parvenue au MC le 5 juillet. Selon les responsables du Council, cette réunion devrait avoir lieu au plus tard le 12 juillet. Le président, qui s’en va aujourd’hui, avoue qu’il pourrait ne pas obtenir le soutien de la majorité lors de cette réunion. « Je m’en vais non parce que j’ai peur d’affronter cette réunion, mais sur une question de principes. Je ne peux continuer à fonctionner dans un système où des lobbies dictent la marche à suivre et où certaines personnes mettent en avant leurs intérêts personnels », dit le Dr Jagatpul.