Le Medical Council/Dental Council fonctionne désormais dans un nouveau cadre administratif. Le board du MC a avalisé avant-hier, lors d’une réunion spéciale, la nouvelle structure salariale ainsi que les conditions d’emploi du personnel permanent uniquement, soit seulement six personnes. Selon nos informations, des membres ont proposé lors de cette réunion de ne pas discuter du package recommandé pour le Registrar mais d’attendre le prochain appel candidature pour ce poste, offert sur une base contractuelle. Le contrat de l’actuel titulaire, qui est en fonction depuis 2004, prend fin en juin 2015. Il est question aussi de la création d’un nouveau poste, celui d’Administrative Manager qui aura pour tâche d’épauler le Registrar et les deux Councils.
Malgré le peu d’intérêt qu’ils témoignent aux élections du Medical Council, les médecins ne sont pas si indifférents à la gestion de cet organisme, surtout lorsqu’il s’agit des dépenses. « Nous devons savoir ce qu’on fait de notre argent », disent plusieurs médecins. Le budget de fonctionnement du MC provient d’une part, des fees annuels que paient les médecins lors du renouvellement de leur permis, et de l’autre, de la subvention gouvernementale (autour de Rs 1, 2 M). Le fee pour le généraliste est de Rs 2 500 alors que le spécialiste paie une somme de Rs 5 000. À la fin de février dernier, il y avait 1 449 Registered general practitionners et 730 registered specialists ; du côté des dentistes il y avait 335 registered dental surgeons et 18 registered dental specialists. Selon un petit calcul, le MC/DC collecte annuellement une somme d’environ Rs 8, 2 M auprès des médecins et dentistes.
Il est bon de savoir que le personnel du Medical Council s’occupe aussi de l’administration du Dental Council même s’il s’agit de deux entités bien distinctes et qui sont régies chacune par une loi spécifique, la Medical Council Act et la Dental Council Act. Elles ont chacune leur propre conseil d’administration. Cependant 85 % des dépenses sont à la charge du MC.
« Ces dernières années on a noté que les employés s’en allaient après quelque temps même s’ils étaient confirmés à leur poste. Les responsables du MC et du DC ont reconnu qu’il était temps de revoir la structure administrative et d’offrir de meilleures conditions de travail au personnel. Il n’y a pas que la révision salariale qui compte, nous devons leur offrir aussi d’autres avantages si on veut les retenir. L’objectif principal derrière cette restructuration est d’offrir un meilleur service au public et à la population », explique le Dr Baboo Servansingh, président du MC, au sujet de la décision prise de confier cet exercice à un comité et de faire appel à l’expertise de M. Aujayeb, ancien directeur du PRB. Celui-ci a agi comme consultant auprès de ce comité.
Interrogations
Le comité s’est inspiré grandement des pratiques en vigueur dans la fonction publique pour faire ses recommandations tout en affirmant que « the specificity of the organisation has been catered for in the total reward package ». « In sum the committee has ensured that the overall remuneration package is sufficiently competitive to attract, retain, and motivate high quality employees capable of achieving the Councils’ objectives », écrit le comité dans son Report on the Review of Pay and Grading Structures and Terms & Conditions of Employment.
Le rapport Aujayeb donne des indications sur l’augmentation des salaires dans les années à venir mais contient aussi des recommandations sur les aspects suivants : clothing allowance, plan de pension, la formation, meal allowance, l’overtime, travelling & car benefits, passage benefits, les différents types de congé, performance management, les horaires de travail. Cependant la recommandation faite dans le rapport concernant des loans aux employés a donné lieu à pas mal d’interrogations avant-hier et le Conseil a jugé qu’il était impératif d’avoir un avis légal sur la question.
Tout en étant favorable à l’idée d’offrir un package salarial gratifiant et un environnement de travail agréable et motivant au personnel du MC, d’anciens membres du Board de cet organisme estiment qu’il n’était pas nécessaire d’avoir fait appel à un Consultant, en raison, disent-ils, d’un petit nombre d’employés. « Dans le passé on a toujours aligné les salaires du personnel sur ceux des fonctionnaires. Je me souviens qu’après la publication du rapport PRB 2008 on a réajusté leurs salaires et on a revu aussi les benefits. Pourquoi avoir fait appel à un consultant alors qu’il n’y a que six employés ? Le board aurait pu faire appel au PRB pour cet exercice en passant par le ministère de la Santé. A-t-on fait un appel à candidature avant de choisir ce consultant et combien est-ce que le MC lui a payé pour son service ? » affirme avec agacement un ancien membre de cet organisme.
Recommandations
C’est cependant la décision du MC/DC d’inclure le poste du Registrar dans cet exercice de révision salariale qui suscite le mécontentement d’anciens dirigeants du Medical Council et de beaucoup de médecins dans les hôpitaux. Outre des salaires Rs 89 000, le Registrar perçoit une tranport allowance et d’autres avantages attachés à sa fonction. Ce qui est nouveau et qui est recommandé dans le rapport : une allocation mensuelle de Rs 10 000 « for acting as secretary to the various committees » du MC et du DC ; une voiture hors-taxe de 1 850 CC (les frais de la taxe pris en charge par le MC). « On ne peut changer les données alors qu’il existe déjà un contrat de travail », s’insurgent plusieurs médecins. « Je trouve le montant total du nouveau package élevé par rapport au volume de travail. Qu’est-ce qui justifie le paiement d’une nouvelle allocation de Rs 10 000 pour le Registrar alors que le comité recommande en même temps le recrutement d’un Administrative manager pour soutenir le Registrar et les deux Councils ? » déclare un autre médecin, très familier aux rouages du MC.
Selon nos informations, l’article paru dans Le Mauricien avant-hier et donnant des détails de ce package a provoqué la colère de certains dirigeants du MC avant qu’ils n’entrent dans cette réunion spéciale. « Il n’a jamais été question de réunion spéciale du board hier (NDLR : mardi) concernant cette nouvelle grille salariale », a déclaré hier au Mauricien, sur un ton manifestement très agacé, le Dr Servansingh, président du board du MC. Pourtant certains membres de cette instance dirigeante ont été informés par téléphone de cette réunion deux jours avant alors qu’en principe, le MC les avertit très tôt par courrier pour n’importe quelle réunion du conseil. Selon le Dr Servansingh, l’article du Mauricien contiendrait « des inexactitudes » concernant le nouveau package recommandé dans le rapport pour le poste du Registrar. Mais il nous confirme en même temps que le board n’a pas avalisé avant-hier les recommandations y relatives. « Nous avons décidé qu’on prendra une décision à ce sujet quand il y aura un nouvel appel de candidature », précise le Dr Servansingh.