• Le commissaire électoral, Irfan Rahman, suggère un « code de conduite » à l’avenir pour les élections du MC

Les derniers jours de préparation des différents groupes de candidats aux élections du Medical Council (MC), prévues demain, sont âpres et ont été marqués par des dérapages. La Commission électorale, qui organise ce scrutin, appelle les candidats, par le biais d’un communiqué, au respect des règlements du MC, et ce afin d’avoir une « free and fair election », les priant par la même occasion de « faire preuve de retenue ».

Ces élections verront la participation de 41 candidats (24 du service public et 17 du privé), lesquels se disputent 14 sièges au sein du conseil d’administration du MC. Au total, 3 214 médecins figurent sur le registre du MC et sont éligibles à voter.

Dans une déclaration hier après-midi au Mauricien, Irfan Rahman, le commissaire électoral, ne manque pas d’abord de souligner qu’il « s’agit d’une profession noble » concernée par les élections, avant d’expliquer les raisons ayant poussé son bureau à émettre ce communiqué. Certains faits ont été rapportés durant la campagne à la commission, lesquels ne correspondent pas aux règlements pour le bon déroulement du scrutin. « Je demanderai aux prochains dirigeants du MC de venir avec l’élaboration d’un code de conduite pour régir les élections du MC à l’avenir », a-t-il déclaré.

Dans ce communiqué, la Commission électorale rappelle la clause de la loi où il est clairement stipulé que toute personne « who has been duly nominated shall not publish or distribute any manifesto which is calculated or likeky to induce person to vote for him to be a member of the Council ».

Or, il a été porté à l’attention de la commission, selon ce communiqué, « que des messages sont diffusés sur les réseaux sociaux et que certains candidats font des déclarations dans la presse, dont le contenu est de nature à inciter des personnes à voter pour eux ».

Or, selon la commission, de telles actions « vont clairement à l’encontre d’élections libres et régulières, et sont perçues comme créant un terrain de jeu inégal entre les candidats ». Et le bureau électoral de rappeler ainsi aux candidats « that inducing electors to vote for them and/or other forms of campaigning » peut conduire à d’éventuelles contestations devant la Cour suprême. « All candidates are accordingly urged to exercise restraint », recommande ainsi la commission.

Selon nos informations, les médecins du service public et du privé éligibles à voter témoigneraient cette année d’un « plus grand intérêt » à l’exercice de renouvellement du conseil d’administration du MC. De ce fait, on laisse entendre que le taux de participation au scrutin pourrait être plus élevé que celui de 2016, qui était de 36,28%. Les élections se dérouleront de 8h à 18h à la Phoenix SSS.

Par ailleurs, on perçoit une certaine tension entre les différents groupes de candidats depuis quelques jours. Des médecins souhaitant des changements au sein du board du MC avancent que l’équipe sortante « n’a pas respecté certains engagements pris lors de leur élection en 2016 » et que « leur performance ces trois dernières années n’est pas satisfaisante ».

« Nous voulons une équipe qui soit juste et impartiale dans ses décisions et qui redore le blason de la profession par sa manière de gérer le Council », réclame ainsi un médecin du privé. Mais des personnes défendant le bilan du comité sortant félicitent ces derniers d’avoir pris « de bonnes mesures pour ramener de l’ordre et de la discipline au sein de la profession ». Soulignons que certaines sanctions prises ces deux dernières années par le MC à l’encontre de certains membres de la profession ayant fauté dans l’exercice de leur fonction n’ont pas plu à tout le monde.